BFM Business

Guillaume Pepy reconduit à la tête de la SNCF

Guillaume Pepy, ici dans un wagon de son nouveau TGV low cost, est reconduit pour 5 ans à la tête de la SNCF.

Guillaume Pepy, ici dans un wagon de son nouveau TGV low cost, est reconduit pour 5 ans à la tête de la SNCF. - -

A la tête du groupe ferroviaire depuis 2008, le président s'est vu conforter dans ses fonctions pour un nouveau mandat de 5 ans, ce 24 février. Le gouvernement lui donne pour mission de mener à bien la réforme ferroviaire.

Frédéric Cuvillier, ministre délégué chargé des Transports, a confirmé des informations parues ce 24 février dans le JDD. Guillaume Pepy, président de la SNCF depuis 2008, est reconduit à son poste pour 5 ans de plus. Une annonce faite sur le fil du rasoir, car son mandat expirait ce dimanche. Sa nomination doit être actée lors d'un Conseil d'administration qui se tiendra le 4 mars, suivi de la publication d'un décret présidentiel.

Le gouvernement lui a déjà donné sa feuille de route : mener à bien la réforme ferroviaire, lancée depuis cet automne, afin de redresser la situation financière de la SNCF.

Guillaume Pepy a déjà œuvré dans ce sens : sous sa houlette, le chiffre d'affaires de la SNCF a quasiment doublé de volume (+44% entre 2007 et 2012), atteignant 33,8 milliards l'an dernier. L'an dernier, le bénéfice net du groupe a triplé à 383 millions d'euros et l'endettement a été réduit de près d'un milliard d'euros.

Mener le rapprochement avec RFF

Mais la résorption de la dette reste la difficulté numéro un : la SNCF conservait fin décembre une dette nette de 7,3 milliards d'euros. Plus largement, la dette ferroviaire en France, réseau compris, est supérieure à 32 milliards d'euros et s'alourdit de 1,5 milliard chaque année.

Guillaume Pepy va également mener à bien le rapprochement avec Réseau ferré de France (RFF), le gestionnaire du réseau, et aussi préparer l'ouverture à la concurrence européenne du transport des voyageurs prévue pour 2019. La réforme ferroviaire, qui doit faire l'objet d'un projet de loi d'ici l'été, prévoit d'unifier au sein d'un même pôle public la SNCF et les entités qui gèrent l'infrastructure ferroviaire.

Ce n'est sont pas le seul défi qui attend le président de la SNCF au cours de son nouveau mandat : il doit aussi conduire d'importants chantiers de rénovation de son réseau, mais aussi améliorer la qualité de service en Ile-de-France et enfin assurer le succès de sa nouvelle offre de TGV low cost, Ouigo.

BFM Business.com et AFP