BFM Business

Faraday Future est-il toujours en mesure de faire de l'ombre à Tesla?

A terme, cette usine à un milliard de dollars doit recruter 4.500 salariés.

A terme, cette usine à un milliard de dollars doit recruter 4.500 salariés. - Faraday Future

La suspension des travaux de construction de l'usine dans le Nevada et le départ de six dirigeants suscitent de sérieuses interrogations sur l'avenir de Faraday Future qui ambitionne toujours d'être le principal concurrent de Tesla.

Il y a un an, Faraday Future était la star du CES avec son bolide électrique. Aujourd’hui, le groupe américain financé par le chinois Jia Yueting, patron fondateur du groupe Leeco, ne paraît plus vraiment en mesure de devenir un acteur clé de l’industrie de la voiture électrique. Son avenir même est en jeu.

Les travaux de construction de son usine du Nevada, voisine de celle de Tesla, ont été brutalement interrompus, et même si les dirigeants du groupe affirment qu’ils reprendront début 2017, les autorités du Nevada s’interrogent sur la viabilité de ce projet pour lequel 1 milliard de dollars d'investissement ont été prévus et 4.500 recrutements programmés.

D’autant que depuis quelques mois, l'endettement du groupe ne cesse d'augmenter. Et l'entreprise a du mal à cacher ses difficultés. Fin octobre, six responsables de Faraday ont donné leur démission. Le groupe n’a donné aucune explication sur ces départs. Il s’est contenté d’annoncer de nouvelles embauches.

Pas un arrêt, mais un "ajustement" du calendrier

Le républicain Dan Schwartz, qui gère les finances du Nevada, ne cache pas son inquiétude, comme le révèle un article du Las Vegas Review Journal repéré par LeBlogAuto. Car un cadeau fiscal de 215 millions de dollars a été accordé à Faraday. "Depuis le début, nous nous interrogeons sur les capacités financières du groupe à mener son projet à terme, et ces questions restent vives", a déclaré le trésorier au quotidien.

Côté Faraday, la direction fait tout son possible pour rassurer sur son futur. L’arrêt de la construction de l’usine serait un "ajustement" du calendrier. D’ailleurs, AECOM, le maître d’oeuvre du chantier, a confirmé dans un courrier adressé à la presse "l’ajustement du calendrier" et se dit "pleinement engagé à finaliser le chantier" et ce, malgré un retard de paiement de 21 millions de dollars. 

Après s’être muré dans le silence plusieurs semaines, un porte-parole de Faraday a confirmé l’arrêt des travaux et explique être en discussion avec AECOM pour établir un nouveau calendrier. Ce responsable a même confirmé la présence du groupe au prochain CES (Consumer Electronic Show) qui se tiendra à Las Vegas en janvier 2017 où sera dévoilée une nouvelle version de son bolide électrique qui, grâce à ses quatre roues motorisées, peut atteindre les 100 km/h en moins de 3 secondes.

Pascal Samama