BFM Business

Entre les taxis, Uber et autres VTC, la guerre des applis est déclarée

Les applis connectées à la plateformes Le.Taxi proposent de ne plus payer les frais d'approche et de savoir combien coûtera la course.

Les applis connectées à la plateformes Le.Taxi proposent de ne plus payer les frais d'approche et de savoir combien coûtera la course. - Lionel Bonaventure - AFP

Alain Vidalies, secrétaire d’État aux Transports vient d’officialiser le lancement de la plateforme Le.Taxi qui permet de réserver une voiture en un clic. En réponse, Uber annonce une fonction de réservation et Chauffeurs Privés relance son programme fidélité. Les clients sont ravis.

Après quelques mois d’attente, les taxis ont dégainé une nouvelle réplique face aux VTC. Il ne s’agit ni d’un procès, ni d’une mobilisation urbaine, mais d’une réponse numérique qu’Alain Vidalies, secrétaire d’État aux transports a tenu a testé en public. Et pour cause, elle a été financée par l’État. Face à la presse, il a donc commandé un taxi sur son smartphone via une appli connectée à la plateforme Le.Taxi.

"Voilà, il doit arriver dans 2 minutes!", a-t-il lancé à haute voix pour prouver l’efficacité de la plateforme accessible au public grâce à des applications comme Triperz ou Tedy Cab. Des applis qui s’inspirent d’Uber et le revendiquent.

Dès lors qu'ils passent par Le.taxi, les clients ne se voient plus facturer de frais d’approche, tout en étant informés du temps d’attente, et du prix estimé de la course. Ils peuvent aussi noter les chauffeurs. Pour l’instant, le paiement se fait comme par le passé, par carte ou en liquide. À ce jour, 7.000 chauffeurs s’y seraient abonnés et depuis la mise en place du service en mars, 20.000 commandes auraient été honorées.

Un financement public pour des services privés

"La plateforme permet de se mettre sur un pied d'égalité en termes de tarif par rapport à Uber, pour ne pas le citer, pour la course d'approche par exemple", a expliqué à l’AFP Isadora Verderesi (Tedy Cab), l'une des applications connectées à la plateforme.

Pour Benjamin Nabet, fondateur de Triperz, c’est surtout l’image des taxis qui est en jeu. "Nous voulons modifier les préjugés qui circulent sur les taxis. Ils sont prêts à innover [...] face à des concurrents qui offrent des modèles agressifs par rapport aux leurs".

Uber ne pouvait pas assister à ce lancement sans réagir. D’autant que, selon un proche du dossier, les VTCistes s’étonnent du fait que "l’État ait financé avec de l’argent public un service destiné à des entreprises privées". Le.Taxi aurait coûté 250.000 euros à développer et nécessiterait aussi un budget annuel de 500.000 euros.

Prévue par la loi Thévenoud du 1er octobre 2014, la plateforme a été lancée successivement à Montpellier, Marseille, Aix-en-Provence, La Rochelle, Rennes et Paris.

Chauffeurs Privés relance son programme fidélité

Uber n’a pas voulu réagir sur ce sujet préférant annoncer la création d’une nouvelle fonctionnalité: la réservation d’une voiture de 15 minutes à 30 jours à l’avance. Ce service est déjà proposé par les autres plateformes de VTC (Chauffeurs Privés, SnapCar…), mais pas par Uber, c’est nouveau. Et cela permet notamment d'éviter que les chauffeurs proposent eux-mêmes des rendez-vous aux clients, déplacements programmés sur lesquels Uber ne touche pas de commission.

Est-ce une réponse à Le.Taxi ? "Pas du tout", nous a répondu un porte-parole d’Uber. "Il s’agit d’une réponse à un besoin de nos clients qui, quand ils doivent se rendre dans les aéroports, craignent de ne pas trouver de voiture en appelant seulement 15 minutes à l’avance". Cette nouveauté n’est pas une exclusivité française. Elle est disponible dans sept villes britanniques depuis le mois d’août, aux États-Unis depuis le 22 septembre et également dans plusieurs pays d’Asie.

Du côté de Chauffeurs Privés, on rappelle que la commande pluiseurs jours à l'avance est proposée depuis 2013. Pour marquer la distance avec ses concurrents, l'appli vient de relancer son programme fidélité pour payer moins quand on voyage beaucoup ainsi que la garantie zéro majoration qui assure que le prix lors de la réservation ne subira aucune augmentation.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco