BFM Business

Télécoms: l'effectif des opérateurs recule à nouveau

L'effectif d'Orange a diminué de 60.000 personnes depuis 1996

L'effectif d'Orange a diminué de 60.000 personnes depuis 1996 - -

Après avoir cru brièvement entre 2009 et 2012, l'emploi chez les opérateurs est reparti à la baisse en 2013, avec 3.271 postes en moins. Une chute essentiellement due aux départs en retraite chez Orange.

L'effectif des opérateurs télécoms est reparti à la baisse en 2013: il a diminué de -3.271 postes.

Une chute essentiellement dûe à Orange, dont l'effectif a diminué de -2.967 salariés, essentiellement à cause de départs en retraite.

Seuls Free et Numericable recrutent

En outre, les deux autres opérateurs historiques ont mené chacun un plan de départs volontaires, annoncé en 2012 mais comptabilisé en 2013.

Chez SFR, l'effectif a diminué de -558 postes. Les comptes de la filiale de Vivendi précisent: "à la fin de la période de volontariat, 978 mobilités internes et externes ont été actées parmi les emplois impactés, avec 874 départs externes et 104 mobilités internes réalisées. En parallèle, la mise en oeuvre des organisations a généré 550 mobilités internes". Parallèlement, l'opérateur a recruté 167 CDI l'an dernier, deux fois moins que l'année précédente.

Pareillement, l'effectif de Bouygues Telecom a diminué de -567 postes, essentiellement suite à un plan de départs portant sur 556 postes. "La période ouverte au volontariat s’est achevée avec 542 mobilités internes groupe ou départs externes", indiquent les comptes de Bouygues.

En face, seuls deux opérateurs ont créé de l'emploi. D'abord, Free, qui a créé +618 postes. Mais aussi Numericable, avec +203 postes supplémentaires, notamment grâce à l'acquisition de l'opérateur LTI Telecom (+100 personnes).

Impact secondaire du 4ème opérateur

Rappelons que l'effectif des opérateurs français a chuté de manière ininterrompue depuis 1998. Cette chute était essentiellement due aux importants départs chez Orange: -60.600 personnes entre 1996 et 2009.

Toutefois, l'effectif s'est brièvement remis à croître entre 2009 et 2012, essentiellement car l'ex-France Télécom s'était lancé dans un plan de 10.000 recrutements. Mais, depuis fin 2011, l'effectif de l'opérateur historique baisse à nouveau.

A côté de cette tendance de fond, l'impact de l'arrivée du 4ème opérateur est presque secondaire. Si l'on s'en tient aux seuls effectifs de SFR, Bouygues et Free, l'impact a été positif sur l'emploi. En effet, depuis début 2012, le trublion des télécoms a créé +1.681 postes, pendant que SFR et Bouygues Telecom supprimaient -1.385 postes.

NB: ces chiffres ne portent que sur les cinq principaux opérateurs français. De son côté, le régulateur publie un autre chiffre avec une méthode de calcul différente.

Jamal Henni