BFM Business

Stéphane Richard : "l'affaire Free est un coup de communication"

Stéphane Richard ne souhaite pas de rapport de force avec Google

Stéphane Richard ne souhaite pas de rapport de force avec Google - -

Free n'a pas utilisé la bonne méthode pour faire payer Google, a expliqué le PDG d'Orange sur BFM Business. Car en bloquant la publicité il a gêné beaucoup d'acteurs du net.

Pour Stéphane Richard, président directeur général d'Orange, l'utilisation de son réseau doit faire l'objet d'une tarification. Mais ce mercredi 16 janvier, lors de l'émission Good Morning Business, il expliqué que la méthode de Free– qui avait décidé de bloquer la publicité pour forcer Google à payer l'utilisation de ses tuyaux– ne lui plait pas. " C’est bien joli de bloquer la publicité sur internet, ça gêne Google mais ça gêne beaucoup d’autre monde aussi", précise-t-il.

Pour le patron d’Orange, cette affaire "c’est un peu un coup de communication. Il n’y a pas d’un côté, les gens d’internet, farcis d’intelligence, qui poussent des contenus, et de l’autre, des imbéciles qui ont des tuyaux et qui doivent investir".

Interdépendance entre les acteurs du net

Car, en effet, la situation est plus complexe. "Il y a une interdépendance entre tous ces gens-là. Les gens du net ont besoin de nous et nous avons besoin d’eux. La proportion du trafic géré par Google, poussé sur nos réseaux, et qui fait l’objet d’une monétisation, c’est de l’ordre de 50%".

Quant à l’idée d’une Europe unifiée des télécoms, elle est en train de faire son chemin. Mais si des discussions sont en cours, "la route va être longue", souligne Stéphane Richard. De plus, si les opérateurs historiques européens se regroupent afin de s’opposer à Google, ils risquent vite d’être "trainés devant les tribunaux pour abus de position dominante, cartel".

BFM Business.com