BFM Business

Pourquoi Washington aide Apple face à Samsung

Apple a trouvé dans le gouvernement américain un allié de la dernière heure face à Samsung.

Apple a trouvé dans le gouvernement américain un allié de la dernière heure face à Samsung. - -

L'administration Obama a annulé la décision de la Commission américaine du commerce international d'interdire aux Etats-Unis certains produits Apple qui violaient des brevets Samsung.

Apple s'est trouvé un nouvel allié dans la guerre des brevets contre Samsung: l'administration Obama qui a décidé, ce week end, d'annuler une décision de justice qui devait empêcher Apple de vendre certains de ses produits aux Etats-Unis.

En particulier, l'iPhone 4, le seul de ces anciens produits toujours vendu directement par les opérateurs. L'intervention de Washington est d'autant plus symbolique que c'est la première fois que le gouvernement américain utilise son droit de veto depuis 1987, et l'administration Reagan.

Rappel des faits: en juin 2013, la Commission américaine du commerce international (USITC) estime que plusieurs produits Apple – des iPads, des iPods, des iPhones dont le 4 - violent des brevets de Samsung, sur la transmission de données mobiles notamment. Elle interdit donc leur importation depuis l'Asie, où Apple fait fabriquer ses produits, ce qui revenait à prohiber leur commercialisation sur le sol américain.

Préserver la concurrence

L'administration Obama a donc décidé de casser cette décision. Elle ne porte pas de jugement sur le fait qu'Apple viole ou non les brevets de Samsung. Mais elle a annulé la sanction, principalement afin, selon elle, de ne pas donner de leviers trop grands à tous ces groupes qui, comme Samsung, détiennent des brevets essentiels, dont les concurrents ne peuvent pas se passer et pour lesquels ils sont obligés de payer !

Si le gouvernement ne s'était pas opposé à la décision de l'USITC, cela aurait pu inciter ces entreprises à utiliser une menace d'interdiction de vente, et à imposer des prix plus élevés pour l'utilisation desdits brevets.

Le gouvernement américain assure avoir utilisé son droit de veto pour préserver la concurrence. Et à l'arrivée, le consommateur américain. Samsung s'est dit déçu de cette décision.

Dorothée Balsan