BFM Business

Pour le patron d'OVH, la souveraineté numérique est "une arme stratégique" face aux Etats-unis

OVH possède aujourd'hui des centaines de milliers de serveurs disséminés en France. Une forme de souveraineté tricolore qui revêt bien des avantages. Notamment vis-à-vis des Etats-Unis, selon Michel Paulin, directeur général d'OVH Group.

Les données numériques constituent un enjeu crucial pour les entreprises. Un enjeu tel qu'il se révèle à la fois "éthique, sociétal, stratégique", souligne le directeur général d'OVH Michel Paulin, invité ce vendredi 30 août sur BFM Business dans l'émission Good Morning Business. 

"La souveraineté numérique, c'est aussi des outils beaucoup plus puissants. Les Américains se sont dotés d'un outil extrêmement puissant qui s'appelle le 'CloudOut' qui fait que, même si vos données sont hébergées en France physiquement par un acteur américain, l'extraterritorialité (du droit américain, NDLR) joue", pointe le patron d'OVH Group.

Or, les sociétés américaines sont prépondérantes sur ce marché. Par exemple, dans le cloud dit IaaS (pour "infrastructure en tant que service", où des acteurs fournissent des serveurs à la demande pour stocker les données de leurs clients, qui eux s'occupent de l'infrastructure sous-jacente), Amazon, Microsoft, Google et IBM pesaient près de 70% du marché mondial en 2018, selon les estimations de Gartner. Un marché estimé à 32,4 milliards de dollars, en progression de 31,3% sur un an. 

"Il y a toute une prise de conscience à la fois des pouvoirs publics mais aussi des acteurs économiques pour savoir où sont situées les données et sous quel statut juridique elles se trouvent. Or, on voit bien que les Américains l'utilisent comme une arme stratégique non seulement pour protéger leurs intérêts mais parfois aussi pour mettre des pénalités. Donc la souveraineté numérique aujourd'hui et la capacité à protéger les données personnelles mais aussi des entreprises doit aussi être prise en compte par l'ensemble des acteurs", explique Michel Paulin.

Rapatrier toutes les données?

Faut-il pour autant que toutes les données des Français soient stockées dans des serveurs tricolores? "Le gouvernement s'est doté d'un mécanisme avec trois niveaux de souveraineté des données. Nous, on parle plutôt de cloud de confiance. Tout n'a pas besoin d'être souverain", précise Michel Paulin.

Et de souligner que ce qui est important au final, "c'est que les acteurs économiques, les décideurs, les comités d'audit et de direction prennent des décisions pour savoir en toute transparence, quels sont les impacts de leurs décisions" en ce qui concerne l'hébergement de leurs données.

J.C-H