BFM Business

Montebourg: "la baisse des prix dans la téléphonie mobile est un acquis irréversible"

Arnaud Montebourg a déclaré que si Vivendi devait choisir Numericable, "on s'inclinera".

Arnaud Montebourg a déclaré que si Vivendi devait choisir Numericable, "on s'inclinera". - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le ministre du Redressement productif a déclaré, ce mardi 11 mars, que la baisse des prix dans la téléphonie mobile était "un acquis irréversible". Par ailleurs, il a réaffirmé son soutien à Bouygues.

Arnaud Montebourg va se montrer particulièrement attentif aux prix dans la téléphonie. Le ministre du Redressement productif a estimé, ce mardi 11 mars, que la baisse des prix de la téléphonie mobile, chiffrée à 30% en deux ans, constituait un "acquis irréversible".

"Le moment est venu d'organiser la renaissance du secteur des télécoms. Je ne crois pas que ça se fera au détriment des consommateurs", a-il-déclaré sur RTL.

Vivendi, qui souhaite se désengager du secteur, a reçu deux offres de reprises pour sa filiale SFR: l'une émanant de Bouygues Telecom, l'autre de Numericable. Pour esquiver d'éventuels problèmes de concurrence, Bouygues prévoit, s'il était retenu, de céder ensuite son réseau d'antennes et des fréquences de téléphonie mobile à son concurrent Free (Iliad). Les associations de consommateurs craignent donc que le retour de quatre à trois opérateurs n'entraîne une hausse des prix.

"Concurrence saine et loyale"

Selon Arnaud Montebourg, "le fait que, dans cette opération, Free sorte renforcé, continue à être le trublion - dont l'identité est quand même de faire baisser les prix et de servir les consommateurs et d'éviter les rentes - est pour nous une garantie d'une concurrence saine et loyale".

Et "ça va nous permettre de fibrer (installer des câbles en fibres optiques ndlr) la France", a insistéle ministre. "On ne veut pas lever des impôts pour financer ça, on va demander aux opérateurs de financer ces investissements sur la base d'une rentabilité de très long terme".

"Vivendi va choisir qui il veut" mais "nous avons une préférence d'intérêt général qui est de dire que la consolidation, qui a commencé dans tous les pays européens, est nécessaire", a précisé Arnaud Montebourg, affichant une nouvelle fois son soutien à une reprise de SFR par Bouygues.

Si Vivendi devait choisir Numericable, "on s'inclinera", a-t-il indiqué, rappelant que l'Autorité de la concurrence se penchera sur le dossier. D'ailleurs, la holding Altice, maison mère du câblo-opérateur Numericable, vient de fixer une date limite à vendredi 14 mars pour son offre de rachat de SFR, dans un communiqué publié ce mardi.

D. L. avec AFP