BFM Business

Lombardini (Iliad): "c'est notre mission d'aller remettre les prix de la 4G à leur juste prix"

Maxime Lombardini était l'invité de Good Morning Business ce mercredi 4 décembre

Maxime Lombardini était l'invité de Good Morning Business ce mercredi 4 décembre - -

Maxime Lombardini, directeur général d'Iliad, était l'invité de BFM Business ce mercredi 4 décembre. Il est revenu sur l'annonce, mardi, de Free de se lancer dans la 4G à 20 euros.

"Les opérateurs se sont dit: 'on va aller se gaver'. Nous, nous sommes dit 'non ce n'est pas possible'". Maxime Lombardini, directeur général d'Iliad (Free) et invité de BFM Business ce mercredi 4 décembre, est naturellement revenu sur l'annonce qui a chamboulé le marché hier, mardi 3 décembre.

Xavier Niel a bousculé le secteur des télécoms en annonçant que Free proposerait pour les mobiles un accès à la 4G au prix de la 3G. Free Mobile, filiale d'Iliad, a ajouté la téléphonie de quatrième génération (4G) à ses forfaits à 19,99 euros/mois ou à 15,99 euros/mois pour les abonnés à sa "box" internet, sans supplément.

Selon le groupe, cela "divise par cinq le prix proposé sur le marché pour ce type de forfait", c'est-à-dire sans engagement. C'est un rude coup pour les concurrents, qui espéraient grâce à la 4G contrecarrer la baisse générale des prix déclenchée par l'arrivée de Free Mobile début 2012.

En plus de casser les prix, Free Mobile va donner à ses clients l'accès à un volume de données de 20 gigaoctets quand Orange propose 6 giga maximum, SFR 9 giga et Bouygues Telecom 16 giga.

"C'est notre mission d'aller remettre les prix de la 4G à leur juste prix. La 4G est la continuité de la 3G donc nous la mettons dans le forfait à 20 euros ou 16 euros pour les abonnés", a estimé Maxime Lombardini.

"Ce n'est pas surprise"

Aux observateurs qui voient dans cette annonce un risque de stratégie cachée, Maxime Lombardini a voulu être clair. "Nous avons acheté des fréquences 4G en quantité. Nous les avons payé cher, il y a 18 mois, ce n'est pas pour les laisser dans un placard". C'est donc logique, qu'à l'instar de ses concurrents, Free se lance dans la 4G. Et il a ajouté: "quand nous nous sommes lancés, nous savions que nous ferions un réseau 3G et 4G, ce n'est pas surprise".

Concernant les prix, le directeur général d'Iliad a précisé : "les investissements qui sont nécessaires pour monter un réseau de la 4G à la 3G, selon nous, ne justifient pas d'augmenter fortement les prix. C'est presque de la maintenance d'un réseau".

700 antennes en France

Mais si Free concurrence sérieusement SFR, Bouygues ou Orange, sa couverture de réseau reste loin derrière ses concurrents. Free possède 700 antennes quand Bouygues en a 5.000.

Pour Maxime Lombardini, cela n'est pas un problème. "Nous sommes en train de construire très vite ce réseau. Nous avons 700 antennes aujourd'hui, mais des centaines vont être installés dans les semaines et les mois qui viennent".

Et il a ajouté : "personne n'a une couverture nationale 4G. Nous sommes tous en train de construire un réseau. Les choses ne se font pas en un jour". Dans tous les cas, Free doit réussir: "nous avons un engagement d'avoir 75% de la population couverte dans 1 an. Si nous n'y sommes pas, nous serons sanctionnés. Donc nous avons un vrai intérêt à y être".

|||sondage|||1416

Diane Lacaze