BFM Business

L'offre de Free "induit en erreur les utilisateurs"

Free annonce son offre fibre optique le jour même du lancement par Bouygues de son service 4G.

Free annonce son offre fibre optique le jour même du lancement par Bouygues de son service 4G. - -

Free frappe fort, ce mardi 1er octobre, avec une offre de très haut débit fixe cinq fois plus rapide que la concurrence. Une annonce qui déplait à l'Autorité de régulation des télécoms.

Xavier Niel pousse ses pions dans la fibre. Free annonce ce mardi 1er octobre le lancement d'une offre très haut débit à 1 gigabit par seconde, la plus rapide d'Europe selon l'opérateur. A l'heure où tous ses concurrents se battent sur le très haut débit mobile, Free met l'accent sur le fixe.

Une annonce qui ne plait à l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep), "sauf à ce que Free ait massivement investi, en août et septembre 2013, dans l'amélioration de ses capacités d'interconnexion, ses annonces de ce jour ne correspondent pas à l'expérience des utilisateurs qui visionneront des vidéos en ligne".

En effet, l'autorité estime qu'un tel débit est "tributaire non seulement du dimensionnement du réseau d'accès sur lequel Free communique aujourd'hui, mais dépend aussi du dimensionnement de l'ensemble de son infrastructure (collecte, interconnexion...)".

Simple effet d'annonce?

Mais le timing ne pouvait pas être mieux choisi pour Free. Le jour où Bouygues ouvre en grande pompe son réseau 4G, Free formule une annonce surprise sur la fibre. Un pied de nez bien senti de Xavier Niel à son meilleur ennemi Martin Bouygues.

D'un point de vue purement technologique, Free frappe fort. Des débits d'1 gigabit par seconde, soit 5 fois plus que ce que proposent Orange et Bouygues. Le genre de connexion qu'on trouve au Japon, l'un des pays les plus connectés au monde.

"Il faut comparer ce qui est comparable", persifle un concurrent: le parc d'abonnés éligible de Free est six fois moins important que celui d'Orange, par exemple.

Reste qu'en termes de pure performance, la barre du gigabit, ce n'est pas rien, comme le confirme une experte. A condition, tempère-t-elle, que ce soit un débit réel, 24 heures sur 24, et pas un simple effet d'annonce.

Une question d'autant plus sensible que Free est régulièrement dans le viseur des internautes à cause des problèmes de lenteurs de connexion à YouTube aux heures de pointe.

Anthony Morel & BFMbusiness.com