BFM Business

Les Français plébiscitent les objets connectés dans leur voiture mais pas encore dans leur maison

-

- - Nest

Selon un sondage, 38% des Français interrogés possèdent au moins un objet connecté. Mais la question de l'exploitation des données personnelles issues de ces appareils inquiète de plus en plus.

Les objets connectés entrent de plus en plus dans la vie des Français. A la maison, en voiture ou autour du poignet, différents dispositifs aux usages divers se multiplient. Mais dans le même temps, la collecte et l'exploitation des données personnelles issues de ces objets questionnent de plus en plus.

Ainsi, selon le baromètre à paraître le 10 décembre de l'Acsel (Association de l'économie numérique) à propos de la confiance des Français dans le numérique, et dont BFM Business vous dévoile certains éléments, 38% des Français interrogés possèdent au moins un objet connecté en 2019, contre 27% en 2017 et 17% en 2016.

12% des sondés ont un projet d'équipement tandis que 50% ne sont pas équipés et n'ont pas l'intention de le faire, contre 69% en 2016. Les raisons? 56% des personnes interrogées estiment qu'elles n'ont "pas besoin" d'un objet connecté et 45% pensent que ces appareils sont "trop chers". Pire, un quart des sondés ne font tout simplement "pas confiance" à ces objets.

-
- © Ascel

Quelles sont les familles de produits les plus plébiscités? Selon l'étude, les dispositifs associés à la mobilité, notamment embarqués dans les automobiles (communication des informations en temps réel d’aide à la navigation, info routières, intempéries, itinéraires alternatifs, accès le plus proche à une station essence, surveillance de l’état en temps réel du véhicule) concernent 21% des Français équipés.

Viennent ensuite les dispositifs sport/forme (bracelets ou montres connectées afin de suivre et d’afficher l'activité physique et sportive : nombre de pas, rythme cardiaque, etc.) concernent 19% des Français équipés.

-
- © Ascel

Alors que la domotique (les appareils de la maison contrôlables à distance grâce à des applications: réglage du chauffage, télésurveillance, ouverture/fermeture des volets, activation de la lumière, contrôle de l’alarme, etc) est le domaine qui est théoriquement le plus propice aux objets connectés, seulement 13% des Français équipés possèdent un dispositif de ce type.

Enfin 12% des Français équipés possèdent un ou des objets connectés liés à la santé (patchs intelligents, thermomètre, tensiomètre connectés...).

Des Français "gênés" par le stockage de leurs données

Si l'adoption progresse, la méfiance suit une route parallèle. La question des données personnelles et de leur exploitation par les éditeurs/fabricants interroge de plus en plus à mesure que les affaires de fuites de données sont de plus en plus médiatisées.

Ainsi, 60% des Français équipés se disent "gênés" par le stockage de leurs données issues de ces objets sur Internet, notamment sur les plates-formes cloud. C'est néanmoins deux points de moins qu'en 2017. Seulement 8% se sentent "pas du tout gênés" par cette question.

36% des Français craignent que leurs données soient exploitées à des fins commerciales, pour des envois de publicités par exemple. C'est 8 points de plus par rapport à 2017. 

Olivier Chicheportiche