BFM Business
Services

Le vent tourne pour les compagnies low cost sur l'axe transatlantique

WOW Air a révélé en juillet 2018 des pertes de 13,5 millions de dollars avant intérêt et taxes en 2017 après deux exercices largement rentables.

WOW Air a révélé en juillet 2018 des pertes de 13,5 millions de dollars avant intérêt et taxes en 2017 après deux exercices largement rentables. - Wow Air

Après la faillite de la compagnie danoise Primera Air, un autre acteur des vols low cost moyen et long-courrier sur l'Atlantique, l'islandaise Wow Air est acquise par son grand rival Icelandair.

Dans le ciel islandais, les deux grands compagnies aériennes qui se faisaient concurrence sur les vols transatlantiques entament un rapprochement. Le titre de la compagnie historique Icelandair s'appréciait de 42% à la Bourse de Reykjavik après l'annonce du rachat de son concurrent islandais à bas prix Wow Air. Les deux compagnies fusionnées revendiquent 3,8% du marché des vols transatlantiques.

"Il existe de nombreuses possibilités de synergies avec les deux sociétés, mais elles continueront à fonctionner sous leurs propres marques et licences d'exploitation", a souligné Bogi Nils Bogason, le président par intérim de Icelandair Group.

Créée en 2011, Wow Air a exploité la possibilité de casser les prix sur les vols transatlantiques en utilisant l'Islande comme "hub" aérien entre l'Europe et l'Amérique du nord. Après plusieurs années d'expansion, alimentée aussi par l'engouement des touristes européens pour l'île, la situation financière de la compagnie low-cost islandaise, qui dessert actuellement 36 destinations en Europe, en Amérique du Nord et en Asie, s'est rapidement dégradée ces derniers mois.

Wow Air avait affiché des pertes en juillet 2018

Son modèle économique a durement pâti de l'effet de la hausse des cours du pétrole brut et de l'intensification de la concurrence sur l'Atlantique nord. Wow Air a notamment révélé en juillet dernier des pertes de 13,5 millions de dollars avant intérêt et taxes en 2017 après deux exercices largement rentables.

Ses difficultés financières font écho à celles de la compagnie danoise Primera Air. Celle-ci a brutalement cessé son activité le 2 octobre 2018, se déclarant en faillite après avoir tenté en vain de percer sur le marché des vols low cost vers l'Amérique du Nord.

Aucun chiffre n'a été confirmé sur la valeur totale du rachat entre les deux compagnies islandaises, lequel atteindrait deux milliards de couronnes islandaises (environ 15,8 millions d'euros), selon des médias locaux qui se fondent sur la valeur des actions d'Icelandair cotées à la bourse d'Islande (ICEX). De fait, les actionnaires de Wow Air recevront au total 272 millions de titres Icelandair, soit 5,4% des actions du transporteur. L'acquisition de 100% du capital de la compagnie low cost restera soumise à l'approbation des actionnaires d'Icelandair et des autorités islandaises de la concurrence.

Frédéric Bergé