BFM Eco

La compagnie low cost Primera Air fait faillite et laisse ses passagers sur le tarmac

Primera Air, compagnie aérienne low cost danoise, a mis la clé sous la porte, faute d'avoir obtenu un prêt-relais de sa banque.

Primera Air, compagnie aérienne low cost danoise, a mis la clé sous la porte, faute d'avoir obtenu un prêt-relais de sa banque. - Primera Air

Primera Air, compagnie aérienne danoise, met brutalement la clé sous la porte, ayant échoué sur le marché des vols low cost transatlantiques. Elle laisse aussi en plan ses passagers, sans possibilité de recours juridiques efficaces pour récupérer leur argent.

Après les faillites en 2017 de Berlin Air et de Monarch Airlines, le ciel européen compte une autre compagnie aérienne de moins. Primera Air a brutalement cesser toute activité le 2 octobre, s'étant déclarée à son tour en faillite.

"Au nom de l'équipe Primera Air, nous vous remercions de votre fidélité. En ce triste jour, nous vous disons au revoir à tous" annonce laconiquement la compagnie danoise sur son site web.

Son compte Twitter (ci-dessous) est encore plus laconique se contentant de préciser en anglais que ses codes IATA (Association internationale du transport aérien) avaient été suspendus.

Primera Air proposait des vols low cost vers l’Amérique du Nord à partir de 149 euros depuis Paris mais aussi très récemment depuis Francfort et Madrid, liaisons qui venaient d'ouvrir en septembre 2018, quelques semaines avant que la compagnie ne mette la clé sous la porte.

Primera Air n'a pas obtenu de prêt-relais de sa banque

Pour justifier l'arrêt brutal de son activité, la compagnie danoise explique avoir échoué à négocier un accord avec sa banque pour obtenir un financement sous forme de prêt-relais. Elle invoque aussi le coût imprévu et très élevé de réparation d'un avion atteint de corrosion et des retards dans la livraison d'avions ayant entraîné des surcoûts d'affrètement.

Outre ses salariés qui perdent leur emploi, Primera Air laisse sur le tarmac tous ses passagers ayant réservé leur vol et qui ne pourront pas voyager avec la compagnie dans les jours et semaines à venir.

Très peu de recours pour les passagers sur le carreau

Quels recours ont ces clients pour récupérer leur argent dans un tel cas de figure? Très peu de moyens juridiques sont à leur disposition, avec pratiquement aucune chance d'obtenir gain de cause.

En cas de faillite d'une compagnie aérienne, le Centre européen des consommateurs France (CEC) rappelle que "dès lors qu'il y a mise en liquidation de la compagnie, cette dernière n'a plus le pouvoir de disposer de son argent. C'est le tribunal qui, à l'issue de la procédure, peut ensuite procéder au remboursement des créanciers, certains créanciers étant néanmoins prioritaires (services fiscaux, salariés, banques...). Les créanciers dits ordinaires comme les passagers aériens seront alors remboursés en dernier".

La procédure à suivre consiste à déclarer la créance représentée par les billets devenus inutiles auprès du liquidateur nommé par le tribunal. Mais "comme il est souvent difficile de connaître les coordonnées du liquidateur notamment lorsque la procédure judiciaire se déroule dans un autre État membre de l'Union européenne, vous pouvez contacter le CEC France qui vous transmettra les coordonnées du liquidateur" rappelle le site service-public.fr.

Frédéric Bergé