BFM Business

Le patron de Microsoft fait son mea culpa

Steve Ballmer a reconnu avoir raté le virage de la téléphonie mobile.

Steve Ballmer a reconnu avoir raté le virage de la téléphonie mobile. - -

Steve Ballmer, qui quittera le groupe dans le courant de l'année, a reconnu, jeudi 19 septembre, que le géant américain avait raté le virage du mobile au début des années 2000.

Il est presque l'heure du bilan pour Steve Ballmer. Le patron de Microsoft, qui s'apprête à quitter le groupe, a reconnu, jeudi 19 septembre, que son grand regret était d'avoir raté le tournant de la téléphonie mobile. Tout en gardant espoir pour la suite.

"Je regrette qu'il y ait eu une période au début des années 2000 où nous étions si concentrés sur ce que nous avions à faire avec Windows, que nous n'avons pas été capables de redéployer des talents vers un nouvel appareil appelé le téléphone. C'est la chose que je regrette le plus", a-t-indiqué lors d'une conférence avec des analystes. "Cela aurait été meilleur pour Windows et pour notre succès dans d'autres formes" de produits, a-t-il ajouté.

Le rachat de Nokia pourrait changer la donne

Les marchés des smartphones et des tablettes sont aujourd'hui dominés par les rivaux Apple (avec l'iPhone et l'iPad) et Google (dont plusieurs fabricants utilisent le logiciel Android). Microsoft lui n'a "pratiquement pas de part de marché" dans les appareils mobiles, a concédé Steve Ballmer, estimant toutefois que le groupe avait du coup "des opportunités de croissance".

Pour les téléphones, le géant de l'informatique mise sur le rachat des téléphones portables du groupe finlandais Nokia, avec lequel il collaborait déjà pour fabriquer un smartphone opérant avec Windows, le Lumia.

Dans les tablettes informatiques, la Surface lancée l'an dernier n'a pas séduit le public. Microsoft a dû en baisser fortement les prix, ce qui s'est traduit par une charge de près d'un milliard de dollars dans ses derniers résultats trimestriels. Une nouvelle génération de ces appareils doit toutefois être présentée lundi.

Y. D.