BFM Business

La Corée du Sud veut bloquer les smartphones des piétons

Une Coréenne marche avec son smartphone, à Séoul.

Une Coréenne marche avec son smartphone, à Séoul. - JUNG Yeon-Je / AFP

La Corée prend à bras le corps le problème des "smombies", ces passants qui déambulent l'œil rivé sur leur téléphone.

Après les "phubbers", les "smombies". Le gouvernement sud-coréen a un nouveau terme pour désigner les passants distraits par leur smartphone. Contraction de "smartphone" et de "zombies", il désigne les Coréens occupés à écrire un SMS ou à naviguer sur le Web en marchant. Pour inviter ces piétons à être davantage attentifs à leur environnement, et à limiter les accidents de parcours, la Commission Coréenne des Communications a lancé une application.

L'initiative, relayée par l'agence Yonhap, consiste à bloquer automatiquement le smartphone de l'utilisateur au-delà de cinq pas effectués dans la rue, le téléphone allumé. Le service est destiné en priorité aux adolescents.

Le ministère de l'Intérieur de de la Sécurité de la Corée du Sud note en effet que, sur les accidents de la route impliquant une utilisation intempestive du smartphone, qui ont doublé ces cinq dernières années, 40% des personnes concernées avaient moins de vingt ans. Les accidents surviennent en majorité entre 15 et 17h, au moment où ces mêmes adolescents rentrent à leur domicile après les cours.

La surconnexion des adolescents est un phénomène pris au sérieux dans le pays. Mi-avril, le géant national Samsung a lancé un téléphone mobile d’apparence similaire à celle d’un smartphone, la connexion Internet en moins. L'appareil était alors présenté comme un moyen de lutter contre l'addiction aux réseaux sociaux des lycéens et étudiants, et de leur permettre de retrouver la concentration nécessaire à leurs études.

D'autres pays ont opté pour des initiatives plus radicales. A Honolulu (Hawaï), traverser la rue en regardant son téléphone portable est puni d'une amende de 35 dollars, soit près de 30 euros. Un piéton pris sur le fait une seconde fois devra débourser 99 dollars, soit l'équivalent de 84 euros. Fin 2014, la ville de Chongqing, en Chine, a mis en place des trottoirs dédiés aux utilisateurs de smartphones, reconnaissables à leurs inscriptions blanches.

Cette expérience avait été testée quelques mois plus tôt à Washington, par le magazine National Geographic.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech