BFM Business

L’armée de Terre française recrute des robots soldats estoniens

L'Armée de Terre compte s'équiper de robots pour faciliter l'évacuation des blessés. Ces engins entreront en action en 2021. Ils seront fournis par la société estonienne Milrem Robotics.

L’armée de Terre s’apprête à accueillir dans ses troupes une cinquantaine de robots pour prêter main-forte à ses soldats. Ces engins robotisés entreront en action dès 2021. Selon La Tribune qui révèle cette information, le contrat pourrait être signé dès 2019 avec l'estonien Milrem Robotics qui fournira son modèle THéMIS. Il fait parti du projet Scorpion (Synergie du Contact Renforcée par la Polyvalence de l’infovalorisatiON), un programme à 8 milliards d’euros lancé en 2014 par Jean-Yves Le Drian, à l'époque ministre de la Défense, pour moderniser les équipements de l’armée de Terre.

Ces robots doivent accompagner les militaires sur le terrain, mais ne sont pas conçus pour le combat. Lors d’une audition à l'assemblée nationale, le général Charles Beaudouin, sous-chef d'état-major chargé des plans et des programmes de l'état-major de l'Armée de Terre, a expliqué qu'ils doivent "faciliter l'évacuation des blessés" pour éviter que "deux autres soldats interrompent leur mission".

Une version armée présentée sur Eurosatory

En plus de secourir les blessés, ces robots pourraient également servir à porter du matériel. Ils seront pilotés à distance ou en mode automatique. Ils pourront également être connectés à un soldat qu’ils suivront à la trace grâce à un émetteur.

Cette première génération sera déployée jusqu’en 2030. Après cela, ils pourraient devenir autonomes et dotés d’une intelligence artificielle. À terme, seront-ils armés? Pour l’instant, les autorités militaires ne l’évoquent pas. Sur le salon Eurosatory, une version équipée de mitrailleuses de calibre 20 mm a été présentée par le Français Nexter.

Développé avec en partenariat avec Milrem Robotics, Optio -c’est son nom-, a été conçu pour neutraliser un véhicule blindé jusqu'à une distance de 300 mètres. Il est capable de "verrouiller" une cible de manière autonome, mais l’ordre de tir reste sous le contrôle d’un humain. Comme le signale le site Opex360, le programme Scorpion ne prévoit pas encore d'intégrer des robots armés pour l’armée de Terre.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco