BFM Business

Eurosatory: le blindé du futur sera franco-allemand

L'EMBT emprunte la tourelle du char Leclerc et la tourelle du blindé allemand Leopard

L'EMBT emprunte la tourelle du char Leclerc et la tourelle du blindé allemand Leopard - Sébastien Bozon - AFP

Sur le salon Eurosatory, KNDS, la co-entreprise franco-allemande, a dévoilé l'EMBT (Euro Main Battle Tank). La production de ce nouveau blindé sera lancée en 2025 pour être commercialisé dès 2030.

L’alliance militaire franco-allemande a le vent en poupe. Après les fusils d’assaut HK416 qui remplacent le Famas, après un futur avion de chasse qui a été officialisé à Berlin par Françoise Parly, la France et l’Allemagne préparent un blindé. Nom de code EMBT pour Euro Main Battle Tank. Mission: attirer une nouvelle clientèle avec un blindé bien plus moderne que ceux actuellement en service.

Ce projet a été confié par la France et l’Allemagne à KNDS, un co-entreprise née en 2015 de la fusion de Krauss Maffei Wegmann (KMW) et Nexter. Ce groupe européen produit notamment les chars Leclerc, le canon Caesar et son successeur le Common indirect fire system ainsi que les blindés VBCI (véhicule blindé de combat de l'infanterie).

Le nouveau char, qui se compose d’un châssis du Leopard et d’une tourelle de Leclerc, a été dévoilé par la ministre des Armées lors du salon Eurosatory (Salon International de la Défense et de la Sécurité) qui vient d’ouvrir ses portes à Villepinte, près de Paris. "Unir nos forces, c'est remporter des marchés, faire les meilleurs équipements au meilleur prix", estime Françoise Parly.

Premières livraisons en 2030

En février dernier, Stéphane Mayer, le PDG de Nexter et co-président de KNDS, a évoqué lors d’une conférence de presse le futur blindé. Il a précisé qu’un prototype sera présenté en 2020 pour lancer la production en 2025 et effectuer les premières livraisons en 2030. En 2017, Franck Aun, patron de KMW, expliquait à Challenges que ce délai peut sembler long, mais il est nécessaire dans l’armement. "Nous ne sommes pas dans l'industrie automobile. Notre industrie a des temps de développement très longs, au delà de 10 ans", a-t-il rappelé.

Ce projet vise à renouveler le parc européen. Selon une étude de KNDS, 8000 chars et 3500 systèmes d’artillerie sont actuellement en service dans les forces armées européennes.

Mais comme le signale le site spécialisé Sheppard News, le blindé européen est aussi destiné à l’exportation. Sur les marchés internationaux, la concurrence est rude avec d’une part les Américains et les Israéliens, et d’autre part, la Chine, de la Russie, l’Ukraine, la Corée du Sud, et prochainement la Turquie.

Un enjeu stratégique qui reste soumis à des conditions non moins stratégiques comme le transfert de technologies imposé par des clients, comme l'Inde qui prévoit de remplacer plus d'un millier de blindés dès 2025. Le sujet pourrait être l'un des thèmes abordés lors du sommet franco-allemand se tiendra le 19 juin prochain à Berlin.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco