BFM Business

Avec Shopping, Facebook lance les hostilités contre Amazon et Google

Pour se rendre dans le plus grand centre commercial du monde, plus besoin de se déplacer. Un smartphone suffit.

Pour se rendre dans le plus grand centre commercial du monde, plus besoin de se déplacer. Un smartphone suffit. - Pornchai Kittiwongsakul - AFP

Après avoir conquis plus d'un milliard d’êtres humains, le réseau social veut devenir le plus grand centre commercial virtuel du web avec un espace shopping actuellement testé aux États-Unis. Les annonceurs y seront les bienvenus.

Sur Facebook, on se fait des amis, mais bientôt, on pourra aussi devenir des clients. Pas du réseau social, puisqu’il est gratuit, mais des milliers de commerçants qui disposent d’une page. L’idée de Mark Zuckerberg est de les rassembler dans une section « shopping » qui va devenir un véritable centre commercial en ligne.

La puissance de frappe du groupe est colossale avec 45 millions de sociétés qui possèdent désormais une page Facebook. En plus des millions de petits commerçants, les groupes d'agroalimentaire ou de la grande distribution -de Coca-Cola à Sony en passant par Carrefour et Uniqlo- sont tous ou presque affiliés au réseau social.

Pour le moment, la fonction "Shopping" est expérimentale. Elle est testée aux États-Unis avec quelques boutiques dont les pages Facebook sont connectées à leur site internet pour vendre directement sur le réseau social.

Séduire les clients, les vendeurs, mais aussi les annonceurs

Avec ce service, Facebook a aussi une pensée pour Google en développant des services destinés aux annonceurs. Comme l'indique l'AFP, un nouvel outil leur sera proposé dans quelques semaines. Lorsqu’un utilisateur clique sur une publicité, il fait apparaître immédiatement une "espèce de vitrine" en plein écran sur le smartphone. Il sera alors possible de faire ses emplettes du bout du doigt parmi les produits proposés par l'annonceur.

"Les achats en ligne depuis un mobile ne sont pas évidents parce que les consommateurs sont renvoyés sur des sites internet qui ne sont pas optimisés pour le mobile. Ils mettent longtemps à charger les pages et augmentent le risque d'un abandon avant la concrétisation de l’acte d'achat", explique Facebook sur son blog.

Après avoir conquis un milliard et demi d'internautes, Facebook veut devenir l’empereur du commerce en ligne. Depuis plusieurs mois, le géant américain teste un bouton "acheter" et a présenté au printemps un outil inséré dans son service de messagerie "Messenger" pour simplifier le suivi des commandes et le service après-vente.

Pascal Samama