BFM Business

Facebook se rêve en centre commercial aux 45 millions de marques

Le site américain a annoncé que 45 millions de marques disposaient désormais de leur page Facebook.

Le site américain a annoncé que 45 millions de marques disposaient désormais de leur page Facebook. - Kate McCulley (Montage BFM Business)

Le réseau social vient d'annoncer que 45 millions d'entreprises à travers le monde possédaient désormais une page Facebook. Des sociétés que le site souhaite transformer en vendeurs permanents pour faire plus fort qu'Amazon.

Facebook se verrait bien prendre la place d'Amazon dans les années à venir. Le réseau social sur lequel 1 milliard d'utilisateurs se sont connectés le 24 août dernier vient de dévoiler un chiffre susceptible de faire trembler le géant du e-commerce: 45 millions de sociétés à travers le monde possèdent désormais leur page Facebook. Cela va de Coca-Cola à Sony en passant par Carrefour, Uniqlo ou quantité de petits commerçants de quartiers, restaurants, sociétés de services en tout genre...

Bref, Facebook est à ce jour la plus grande place de marché potentielle de la planète. Potentielle, car pour le moment, les compagnies présentes sur Facebook ne vendent quasiment rien. Le réseau social n'est qu'un outil de promotion marketing. Facebook ne tirant d'ailleurs ses revenus que de la publicité.

Acheter directement sur Facebook

Mais peut-être plus pour longtemps. Le site est en train de construire brique après brique ce qui ressemble à un centre commercial virtuel. Dans une conférence de presse donnée mardi à son siège californien, Facebook a en effet annoncé l'ouverture prochaine de deux nouvelles sections: Shopping et services. 

Testée depuis juillet auprès de quelques utilisateurs, la fonction "shopping" permet aux détaillants de présenter et de vendre leurs produits à partir de leur page. Concrètement, les marques peuvent insérer un bouton "buy" sur une fiche de présentation de produit directement sur le site.

-
- © -

Petit problème: les utilisateurs vont-ils acheter un produit s'ils n'ont pas confiance au vendeur ou s'ils se posent des questions sur un produit? C'est là qu'entre en jeu le second service dévoilé hier par Facebook. Pour faciliter l'interaction entre la marque et ses clients potentiels, le site teste des boutons pour entrer en contact. Qu'ils s'appellent "Call Now", "Send Message" ou "Contact Us" (les trois sont actuellement testés), ils rejoignent le bouton "Donate" utilisé par les associations qui font des appels aux dons. Des nouvelles fonctionnalités qui ne sont pour l'heure qu'en phase beta.

"Les nouvelles fonctionnalités reflètent notre conviction que, peu importe si vous êtes une entreprise de plomberie, un magasin de fleurs, une grande marque ou une société à but non lucratif, votre page doit abriter les informations que les gens recherchent et vous aider à communiquer avec vos clients", explique Facebook dans un communiqué.

"Facebook c'est comme Starbucks"

Le premier réseau social de la planète a semble-t-il tiré les leçons de l'échec initial du F-commerce (le commerce par Facebook) en multipliant les services censés encourager les utilisateurs à acheter directement depuis le réseau social.

Ce qui ne sera d'ailleurs peut-être pas suffisant tant les utilisateurs voient toujours d'un mauvais œil l'intrusion de services commerciaux sur des sites de divertissement. Or, "Facebook c'est comme Starbucks, expliquait il y a quelques temps Chris Dixons, spécialiste américain du web. Tout le monde aime y traîner longtemps mais au final, on n'achète pas grand chose."

Et puis reste un écueil à surmonter: convaincre les marques échaudées par la précédente tentative de F-commerce de se lancer à nouveau dans la vente sur Facebook. Ces dernières craignent surtout que Facebook les attire avec des services et prélèvent une dîme de plus en plus conséquente à mesure que les ventes se développeront. A la manière d'un Amazon sur sa marketplace. Pour l'heure Facebook n'a pas parlé de modèle économique. Ce qu'elle finira par faire si son centre commercial virtuel décolle un jour.

Frédéric Bianchi