BFM Business

Amazon invente des lunettes connectées pour parler avec Echo

Ces lunettes connectées permettront de commander l'enceinte intelligente Echo à la voix et de visualiser le flux vidéo de l'Echo Show, l'écran connecté d'Amazon.

Ces lunettes connectées permettront de commander l'enceinte intelligente Echo à la voix et de visualiser le flux vidéo de l'Echo Show, l'écran connecté d'Amazon. - Amazon

Pour communiquer avec son enceinte intelligente, Amazon veut se passer des smartphones sous iOS ou Android. Le groupe pourrait lancer dès la fin de l'année des lunettes connectées à Echo et aux équipements domotiques connectés.

Pour piloter son assistant intelligent, Amazon ne compte pour l’instant lancer ni un smartphone, ni une montre connectée, comme Apple, Google ou Samsung. Selon le Financial Times, le groupe de Jeff Bezos a développé des lunettes connectées, un peu comme celles que Google s’apprêtait à lancer avant de faire machine arrière, mais avec des fonctions plus évoluées. Les "Amazon Glasses" devraient permettre d'écouter des sons comme un casque audio, mais aussi de piloter son enceinte Echo, ainsi que des appareils domotiques. Une sorte de télécommande universelle intelligente.

Ces lunettes sont équipées d’un système audio à conduction osseuse. Cette technologie permet au porteur d’entendre sans passer par le conduit auditif. L’intérêt est de ne pas avoir besoin d’un casque ou d’écouteurs intra-auriculaires. Des ondes émettent des vibrations dans les os du crâne qui deviennent audibles, une technologie qui se développe depuis les Google Glasses. Apple aurait également un projet similaire.

Un lancement pour la fin de l'année

Mais les lunettes d’Amazon ne se limitent pas à l’audio. Elles seront également connectées au flux vidéo d’Echo Show, la version de l’assistant intelligent équipée d’un écran, afin, par exemple, de surveiller la livraison des commandes.

Elles seront avec Echo au cœur de la stratégie domotique du groupe de Seattle qui, toujours selon le Financial Times, compte aussi lancer des caméras de surveillance connectées reliées à Echo Show. Selon une source du quotidien américain, ces produits pourraient être lancés en fin d’année, mais Amazon n’a pas voulu faire de commentaire ni sur les produits, ni sur les tarifs, ni sur la date de lancement.

Avec ces lunettes, Amazon pourrait avoir trouvé le chaînon manquant de l’écosystème d’Alexa, son assistant vocal qui pour l’instant ne permet pas de piloter directement Echo. Alors que les systèmes de Google et d’Apple se déclenchent en prononçant "OK Google" ou "Dis Siri", pour lancer Echo il faut encore utiliser un smartphone sous iOS ou Android, et le déverrouiller avant de lancer l’appli. Et comme Facebook, Amazon veut s'affranchir des systèmes d'Apple et Google. Avec ces lunettes, il sera possible de commander l'enceinte à la voix et peut-être d’un clin d’œil.

Alexa pourrait faire perdre 600 millions à Amazon fin 2017

Enfin, l’enjeu est également commercial puisque chaque appareil Echo pourra être complété par ces lunettes et ainsi gonfler les revenus. Amazon n’a pas donné de chiffres, mais les ventes de son enceinte pourraient, selon Digitimes, atteindre les 20 millions d’appareils entre 2015 et 2017, soit autant que l’iPhone deux ans après son lancement.

Mais si le volume est positif, les revenus ne sont pas encore au rendez-vous. Le système vocal aurait fait perdre au groupe 330 millions de dollars en 2016 et cette perte pourrait atteindre 600 millions cette année. En cause, le prix très attractif de la borne (à partir de 50 dollars pour la version "Dot" destinée à attirer un maximum de clients). Une méthode reprise par Google qui, selon le site DroidLife, a créé une version mini de son Google Home à 49 dollars (40 euros), contre 149 dollars (124 euros) pour le modèle classique.

Pour développer ces activités liées à l’intelligence artificielle, Amazon a, comme ses concurrents, mis de gros moyens en créant un laboratoire de recherche et développement, Lab 126, dont les travaux sont tenus secrets. Ce centre de recherche est similaire au Google X ou au Facebook Building 8 qui travaillent l’un et l’autre sur les projets liés à l’IA. Et pour piloter ce laboratoire, Jeff Bezos a, dès 2014, recruté Babak Parviz, le créateur des Google Glasses, qui verra peut-être cette fois son invention devenir enfin un objet du quotidien pour le grand public, sans se limiter à un usage professionnel, comme Google a été contraint de le faire pour faire cesser les polémiques sur ses lunettes connectées.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco