BFM Business

Altice continue de grignoter le capital de Numericable-SFR

Les analystes s'interrogent à la suite de la nouvelle montée d'Altice au capital de Numericable-SFR.

Les analystes s'interrogent à la suite de la nouvelle montée d'Altice au capital de Numericable-SFR. - Martin Bureau-AFP

Le groupe de Patrick Drahi a acquis 0,01% du capital de sa filiale, poursuivant ses achats après l'acquisition d'un bloc d'actions pour 64,6 millions d'euros, en début de semaine.

Altice augmente progressivement sa participation au capital de SFR-Numericable. La société de Patrick Drahi a acquis, le 3 août 2015, 16.197 actions de Numericable-SFR au prix de 50,11 euros et 29.338 actions au prix de 50,42 euros auprès de certains membres de la direction de Numericable-SFR. 

Le montant total de la transaction s'élève à 2.308.854 euros. Cette nouvelle acquisition représente environ 0,01% du capital de l'opérateur de télécoms français

Ce grignotage du capital survient deux jours après que le groupe de Patrick Drahi a acquis 1.298.398 actions de Numericable-SFR, au prix de 49,75 euros l'action, soit un montant total de 64,6 millions d'euros. Cela représentait environ 0,25% du capital de l'opérateur de télécoms français, dont Altice détenait début mai 2015, 70,4% suite au rachat de la participation de Vivendi, et 78% si l'on exclut les actions auto-détenues par Numericable-SFR.

Cette opération suscite surprise sur le marché, un trader parisien commentant : "C'est étrange, car Cinven et Carlyle sont complètement sortis, nous ne nous attendions pas à ce qu'Altice rachète plus d'actions". Ce rachat d'action avait même dopé le cours de Numericable-SFR en cours de matinée, le lundi 3 août 2015. En fin de matinée, le titre gagnait 3,05% à 51,16 euros, contre un gain de 0,23% pour l'indice SBF 120.

Prélude à une "privatisation" complète de SFR-Numericable ?

Passé l'effet de surprise, des investisseurs estiment que cette transaction pourrait constituer un signal qu'Altice veut entièrement privatiser Numericable-SFR, en rachetant toutes les actions en circulation. "Cette transaction aurait du sens (...) car nous estimons que l'action Numericable-SFR est sous-évaluée (...) et cela permettrait à Altice de profiter de 100% des synergies en cas de rachat potentiel de Bouygues Telecom ", estime dans une note ING.

L'intermédiaire considère également que cela pourrait se faire rapidement car une telle opération ne nécessiterait pas l'approbation des autorités réglementaires. "Si Altice devait privatiser Numericable-SFR, nous nous attendons à ce qu'Altice paye les actionnaires de Numericable-SFR en nouvelles actions Altice", ajoute le courtier.

Parallèlement, Altice a parachevé la cession des actifs de sa filiale Outremer Telecom à La Réunion et Mayotte, au groupe français Hiridjee, comme il s'y était engagé pour satisfaire l'Autorité de la concurrence. Le montant de l'opération n'a pas été divulgué mais certaines sources ont estimé que le prix de cession serait d'un peu moins de 100 millions d'euros.

Hiridjee veut développer un service de meilleure qualité

Celle-ci avait estimé en octobre dernier que le rachat de SFR par Altice/Numericable engendrerait une situation de quasi-monopole dans ces deux îles de l'Océan indien, où SFR est également présent via sa filiale SRR. Numericable s'était alors engagé à céder les activités de téléphonie mobile d'Outremer Telecom à la Réunion et à Mayotte, mais aussi à "préserver la viabilité économique, la valeur marchande et la compétitivité de ces activités jusqu'à leur cession."

Au début de 2015, l'Autorité de la concurrence avait lancé une enquête à la suite de fortes hausse de prix pratiquées par ces filiales, en cours de cession. Mais Numericable-SFR était rapidement revenu en arrière sur ces augmentations pour clore tout début de polémique pouvant entacher le processus de cession de ses filiales ultra-marines.

Le groupe Hiridjee a confirmé la réalisation de cette acquisition, assurant notamment qu'il prévoyait "des investissements significatifs" pour offrir "aux Réunionnais et aux Mahorais (...) un service de meilleure qualité, plus proche des standards métropolitains", et qu'il y "favorisera le développement de l'emploi".

Outremer Telecom, présent dans le fixe et le mobile, est également implanté en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane. Implanté à Madagascar, Hiridjee Group est dirigé par l'homme d'affaires Hassanein Hiridjee. Le groupe diversifié détient notamment Telma, premier opérateur malgache avec plus de 1,5 million d'abonnés.

Frédéric Bergé avec AFP