BFM Business

Action de groupe contre SFR pour information trompeuse

SFR n'a pas tenu compte des avertissement de l'association de consommateurs Familles rurales.

SFR n'a pas tenu compte des avertissement de l'association de consommateurs Familles rurales. - Commission européenne

Une association de consommateurs a annoncé mardi avoir lancé une action collective contre l'opérateur à qui elle reproche d'avoir trompé ses clients sur sa couverture en 4G du territoire.

SFR aurait laissé certains de ses clients s'abonner à la 4G en sachant que son réseau ne couvrait pas leur territoire. C'est pourquoi l'association de consommateurs Familles rurales a annoncé mardi avoir lancé une action de groupe contre l'opérateur téléphonique SFR. Elle lui reproche une information trompeuse sur l'étendue de son réseau 4G sur le territoire.

Familles rurales accuse SFR d'avoir induit les consommateurs en erreur dans sa communication sur son réseau 4G, en laissant penser "que l'offre était accessible sur une large partie du territoire, plus étendue que la réalité".

"Les consommateurs n'ont pas bénéficié d'une information fiable. De nombreux clients ont ainsi pu souscrire une offre 4G alors que SFR savait cette technologie non disponible sur leur territoire", estime l'association dans un communiqué.

Remboursement des consommateurs

Familles rurales précise avoir mis en garde l'ensemble des opérateurs téléphoniques sur les risques d'information erronée lors du lancement des offres 4G, fin 2013. Mais "contrairement à d'autres opérateurs, SFR n'a pas souhaité faire évoluer ses pratiques", selon l'association, qui voudrait obtenir de la justice que tous "les consommateurs qui ont dû s'équiper d'un terminal 4G puissent être remboursés".

Contacté par l'AFP, SFR n'a pas souhaité faire de commentaires. Les actions de groupe, inspirées des "class actions" américaines, permettent à un collectif de personnes d'intenter une action en justice contre une personne morale, la plupart du temps une institution publique ou une entreprise. Elles sont autorisées dans le droit français, pour les consommateurs, depuis octobre 2014.

N.G. avec AFP