BFM Business

Netflix: un contrat à 60 millions de dollars avec Beyoncé

-

- - Lionel BONAVENTURE / AFP

Netflix a signé un contrat avec la chanteuse Beyoncé pour trois programmes inédits. Le numéro un mondial de la vidéo en ligne se prépare à l'arrivée de nouveaux concurrents.

C'est un contrat en or pour la chanteuse américaine. Beyoncé va empocher 60 millions de dollars pour la diffusion de trois programmes inédits sur Netflix, dont un documentaire sur la prestation de la star lors de l'édition 2018 du festival de Coachella. Une information dévoilée par le site Variety.

« Homecoming », le premier des trois programmes a été mis en ligne mercredi dernier. Ecrit, réalisé et produit par la chanteuse, le documentaire met en scène son spectacle à Coachella. D'après le site Vulture, la chaîne câblée HBO avait tenté de le programmer, mais elle n'a pu surenchérir sur l'offre de Netflix.

La course au contenu stratégique est donc lancée pour Netflix. L'entreprise américaine se prépare à l'arrivée de concurrents de poids sur le marché, à commencer par Disney qui lancera sa plateforme Disney+ en fin d'année. Une plateforme qui sera disponible à partir du 12 novembre aux Etats-Unis, avant d’être progressivement étendue au reste du monde. Pour son lancement, les abonnés pourront accéder à 7 500 épisodes de séries, 400 films issus du catalogue historique et 100 films plus récents.

L’entreprise anticipe 60 millions à 90 millions d’abonnés dans le monde d’ici la fin 2024, dont les deux tiers en dehors des Etats-Unis. Le groupe compte investir environ un milliard de dollars pour les contenus originaux la première année, et n’anticipe pas de bénéfices pour Disney + avant environ cinq ans.

De nouveaux concurrents attendus avant fin 2019

Le marché du streaming est le passage désormais incontournable pour les groupes de médias et technologiques. Amazon est déjà présent par l’intermédiaire de Prime Video, et Apple a annoncé fin mars sa propre plateforme, Apple TV + prévue pour cette année. Le groupe américain proposera aussi bien des créations originales que des contenus fournis par d'autres producteurs d'émissions de télévision ou de films. D'autres concurrents sont également attendus, comme WarnerMedia et NBCUniversal.

Netflix doit donc se préparer à se faire grignoter des parts de marché alors que ses résultats trimestriels, présentés cette semaine, ont déçu les investisseurs. La prévision de bénéfice par action pour le deuxième trimestre est en-deçà des attentes des analystes.

Le groupe revendique 148 millions d'abonnés payants à travers le monde, avec un chiffre d'affaires établit à 4,52 milliards de dollars. L'an dernier, Netflix a consacré 7,5 milliards de dollars à la production de programmes et prévoit d'augmenter encore ses investissements cette année.

Le géant californien a également annoncé cette semaine vouloir renforcer ses équipes en installant un studio de production à New York. Un espace de 15 000 mètres carrés qui pourrait employer plusieurs milliers de personnes d'ici cinq ans. Si Netflix a déjà produit des séries tournées à New York, il ne disposait pas jusqu'ici de ses propres studios dans la ville. Le groupe prévoit également de louer plus de 9 000 mètres carrés de bureaux à Manhattan, où il accueillera 127 nouveaux employés dans les cinq ans.

Pour inciter le géant américain à renforcer sa présence à New York, les services du gouverneur lui ont consenti quatre millions de dollars de crédit d'impôts sur dix ans. Conditions; qu'il crée les emplois annoncés d'ici 2024, et les préserve pendant au moins cinq ans.

Sandrine Serais