BFM Business

Malgré les sanctions américaines, Huawei affiche un bénéfice record en 2020

Huawei

Huawei - AFP

Le géant chinois profite notamment des déploiements 5G dans le monde qui ont compensé la chute de ses ventes de smartphones.

Le géant chinois des télécoms Huawei a annoncé mercredi un bénéfice net record pour 2020 mais un tassement de son chiffre d'affaires, en raison notamment de la pandémie et des sanctions américaines à son encontre.

Sur l'ensemble de 2020, Huawei a dégagé un bénéfice net en hausse de 3,2% sur un an à 64,6 milliards de yuans (8,39 milliards d'euros).

Quant au chiffre d'affaires du mastodonte des télécoms, il progresse de 3,8% contre 19,1% un an plus tôt à 891,4 milliards de yuans (111 milliards d'euros).

"Bien que la croissance ait ralenti, les performances commerciales de l'entreprise ont été largement conformes aux prévisions" peut-on lire dans un communiqué.

Contrairement à 2019, Huawei n'a pas publié le nombre de smartphones qu'il a vendus l'an dernier. Mais selon le bureau d'études Canalys, Huawei a vu en 2020 ses ventes mondiales de téléphones baisser de 22%. En Europe par exemple, ses ventes ont dévissé de 43% selon le cabinet Couterpoint, le fabriquant n'est plus que 4e vendeur, doublé par son compatriote Xiaomi.

Néanmoins, il apparaît que les revenus "grand public" qui représentent 54% du chiffre d'affaires total progressent de 3,3% sur un an. La plus forte croissance (+23%) est à mettre du côté des activités B2B qui représente 11% des revenus.

Dans l'oeil du cyclône

Le groupe basé à Shenzhen (sud de la Chine) est depuis quelques années au centre de la rivalité sino-américaine, sur fond de guerre commerciale et technologique entre les deux premières puissances mondiales.

Huawei s'était retrouvé dans le collimateur de l'ex-administration Trump, qui l'a accusé, sans toutefois apporter de preuves, d'espionnage potentiel au profit de Pékin.

Conséquence: les Etats-Unis ont placé en 2019 le groupe sur liste noire afin de l'empêcher d'acquérir des technologies "made in USA" pourtant indispensables à ses produits. Huawei s'est ainsi vu empêché d'installer les services de Google dans ses smartphones, réduisant dramatiquement l'attractivité de ses terminaux hors de Chine.

En dépit des pressions américaines et du contexte économique difficile lié à la pandémie, "l'an dernier, nous avons tenu bon face à l'adversité", s'est félicité Ken Hu, qui occupe la présidence tournante du groupe.

La firme a notamment profité des déploiements 5G dans le monde où il est le leader mais les appels au boycott lancés par l'administrtion Trump ont freiné sa croissance (+0,2%). Washington martelait que les services de renseignement chinois pourraient utiliser les équipements Huawei pour surveiller les communications et trafics de données d'un pays.

Olivier Chicheportiche avec AFP