BFM Business

Comment Bibendum s'est regonflé à bloc en 2015

"Ce sont de bons résultats, car nous avons eu une très belle croissance en 2015, 3,2% de volumes vendus en plus par rapport à 2014", a expliqué le président de Michelin, Jean-Dominique Senard, lors de la présentation des résultats 2015.

"Ce sont de bons résultats, car nous avons eu une très belle croissance en 2015, 3,2% de volumes vendus en plus par rapport à 2014", a expliqué le président de Michelin, Jean-Dominique Senard, lors de la présentation des résultats 2015. - Bertrand GUay-AFP

Michelin a affiché un résultat opérationnel de 2,5 milliards d'euros, +18,7%, soit une marge record de 12,2% en 2015. À l’horizon 2016-2020, le groupe a un objectif ambitieux de marge opérationnelle entre 11% et 15% sur les pneus auto.

Michelin a réussi une très bonne année 2015 sur le plan des résultats. Tous ses indicateurs sont à la hausse: bénéfice net en hausse de 12,8% pour 2015, à 1,16 milliard d'euros, chiffre d'affaires de 21,2 milliards d'euros, en progression de 8,4% et résultat opérationnel avant éléments non récurrents, indicateur privilégié par la firme à +18,7%, atteignant 2,57 milliards d'euros.

Résultat: une marge opérationnelle de 12,2% (+1,1 point), que les industriels du secteur automobile apprécieront à sa juste valeur, notamment Renault qui affiche 5,1% pour 2015. "Ce sont de bons résultats, car nous avons eu une très belle croissance en 2015, 3,2% de volumes vendus en plus par rapport à 2014", a noté le président de la société française, Jean-Dominique Senard.

Le succès du pneu CrossClimate lancé en 2015

Hors acquisitions et cessions, le groupe a généré un flux de trésorerie (cash flow) libre de 965 millions d'euros, en hausse de 33%.

Si le groupe a profité d'un taux de change favorable (+1,451 milliards d'euros) ses ventes ont aussi progressé plus que le marché. La principale activité de Michelin, la vente de pneus tourisme et camionnette, a vu ses ventes croître de 14,6% l'année dernière, à 12,02 milliards d'euros. L'industriel se félicite notamment du succès du CrossClimate (à la fois pneu été et hiver), lancé au printemps 2015. L'activité poids lourds progresse de 2,4% pour atteindre 6,23 milliards d'euros.

Seule ombre au tableau: si le chiffre d'affaires a bénéficié de la hausse des volumes, représentant 624 millions d'euros, ce gain a été effacé par un "effet prix-mix négatif de 687 millions d'euros" qui est principalement dû à la forte baisse des prix sur le marché des pneumatiques.

Un atelier de rechapage de 300 salariés menacé en France?

Les éléments non récurrents s'établissent à 370 millions d'euros, plus du double de 2014 (179 millions). Cette comptabilisation traduit la décision de Michelin de fermer plusieurs sites européens (Irlande du Nord, Allemagne et Italie) annoncée fin 2015.

En dépit de ces bons résultats, Dominique Sénard a insisté sur la nécessité pour Michelin d'améliorer encore sa compétitivité en Europe et en France. Le président du groupe a évoqué le cas de l'atelier de rechapage de La Combaude (300 salariés) dans son fief de Clermont-Ferrand, dont l'activité est "bien en-dessous de la norme". "Quelles que soient les décisions qui pourraient être prises, il n'y aura aucun impact d'emploi s'agissant des personnes qui pourraient être concernées", a-t-il promis, indiquant par ailleurs que 1.000 personnes seraient embauchées cette année en France. 

À plus long terme (2016-2020), le groupe vise des marges opérationnelles avant éléments non récurrents de 11% à 15% pour le segment tourisme camionnette (11,5% en 2015) et de 9% à 13% pour le segment poids lourds (10,4% l'année dernière). 

F.Bergé avec AFP