BFM Business

Ariane 6, la fusée anti-SpaceX, a déjà un premier contrat

-

- - Arainespace

Arianespace a conclu avec Eutelsat le premier contrat commercial du futur lanceur européen Ariane 6, pour le lancement de cinq satellites géostationnaires jusqu'en 2027.

Alors que la planète a les yeux rivés sur les exploits des lanceurs d'Elon Musk (SpaceX) ou de Jeff Bezos (Blue Origin), Arianespace vient rappeler qu'il faudra compter sur elle dans les années à venir avec son futur lanceur Ariane 6. La société européenne vient de conclure un premier contrat avec Eutelsat pour le lancement de cinq satellites d'ici à 2027.

La société européenne de lancement a également annoncé un nouveau contrat de lancement institutionnel pour Ariane 6, avec le CNES et la Direction générale de l'armement (DGA) pour le satellite français d'observation militaire CSO-3, au premier jour de la World Satellite Business Week.

Le carnet de commandes d'Ariane 6 s'établit ainsi à cinq lancements, le premier vol étant prévu en 2020, a précisé Arianespace lors du grand rendez-vous du spatial à Paris.

Ariane lancera le futur concurrent du GPS américain

Le futur lanceur européen, qui est destiné à remplacer l'actuelle Ariane 5, a déjà été choisi il y a un an par l'Agence spatiale européenne (ESA) et la Commission européenne pour deux lancements institutionnels de satellites destinés au système de navigation européen Galileo, le futur concurrent du système américain GPS.

Mais l'annonce avec Eutelsat, qui s'était dès 2014 porté candidat au premier vol d'Ariane 6, consacre ainsi le futur lanceur européen sur le marché commercial.

"Nous sommes fiers d'être le premier opérateur à signer pour Ariane 6", s'est réjoui Rodolphe Belmer, le directeur général d'Eutelsat Communications. Cet accord "conforte la relation que nous avons tissée avec notre partenaire de longue date, Arianespace, auquel nous avons déjà confié le lancement de la moitié de notre flotte, a-t-il ajouté. 

"Il illustre en outre le rôle central que joue Eutelsat dans le développement du secteur spatial, tout en soulignant notre détermination à améliorer l'efficacité de nos programmes satellites." La patron d'Eutelsat en a profité pour défendre la place de l'Europe parmi les lanceurs.

"Eutelsat a été au soutien du programme Ariane 6 depuis son lancement (...) et on pense que l'Europe a besoin d'un lanceur compétitif", a précisé Rodolphe Belmer dans un entretien à l'AFP. "Le prix d'Ariane 6 est compétitif aujourd'hui face aux autres lanceurs du marché et on pense d'expérience qu'Ariane 6 sera un lanceur fiable comme l'a été Ariane 5."

40% moins chère qu'Ariane 5

Ariane 6, dont le maître d'oeuvre est ArianeGroup, a été lancée pour répondre à la concurrence notamment américaine avec SpaceX et ses lanceurs réutilisables. 

Celle-ci tend à s'étoffer avec l'arrivée prévue de Blue Origin, la société de Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon, sur le marché des lanceurs. Elle sera 40% moins chère à produire que l'actuelle Ariane 5 tout en s'appuyant sur l'héritage de sa devancière, qui a réalisé avec succès plus de 80 lancements d'affilée.

"Ce choix démontre aussi la capacité d'Arianespace à proposer des partenariats de long terme et toujours plus de flexibilité à ses clients", a estimé pour sa part Stéphane Israël, president exécutif d'Arianespace. 

F.B. avec AFP