BFM Business

Alstom: une journée de tractations

Siemens et Mitsubishi veulent reprendre certaines activités d'Alstom via des coentreprises.

Siemens et Mitsubishi veulent reprendre certaines activités d'Alstom via des coentreprises. - -

Joe Kaeser, le président de Siemens, et Shunichi Miyanaga, celui de Mitsubishi Heavy Industries, ont rencontré François Hollande ce mardi 17 juin, puis ont ét auditionnés par les députés en fin d'après-midi.

Grosse journée de tractation pour les patrons de Mitsubishi et Siemens au lendemain de l'annonce de leur offre commune sur Alstom. Le Nippon s'est joint à l'Allemand pour proposer la constitution de trois coentreprises: une pour les turbines vapeur, une pour les réseaux intelligents et la troisième pour les turbines hydrauliques.

Les deux groupes vont maintenant devoir convaincre l'exécutif français de la pertinence de leur offre. Le président de Siemens, Joe Kaeser, et celui de Mitsubishi Heavy Industries, Shunichi Miyanaga avaient rendez-vous avec François Hollande à l'Elysée à 10h30 ce matin. En fin d'après-midi, ils ont tous deux été auditionnés devant la commission des Affaires économiques à l'Assemblée nationale.

Ce live est désormais terminé, merci de l'avoir suivi. Vous pouvez retrouver le résumé de la journée.

18h25 - L'Etat souhaiterait acquérir 10% du capital d'Alstom. Selon des sources syndicales citées par Reuters, l'Etat français voudrait acquérir 10% ou plus du capital d'Alstom aux côtés de Mitsubishi. L'opération pourrait s'effectuer via la Banque publique d'investissement (BPI).

17h45 - Mitsubishi souhaite que l'Etat prenne 10% du capital d'Alstom. Shunichi Miyanaga, le PDG de Mitsubishi Industries, souhaite que l'Etat français entre à hauteur de 10% dans le capital d'Alstom. Il a exprimé cette requête devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale au côté de son homologue de Siemens, Joe Kaeser, qui s'est dit lui "très heureux" que l'Etat intervienne.

13h00 - "Aucune raison" d'améliorer l'offre, selon Siemens. Joe Kaeser, le PDG du groupe allemand, ne semble pas enclin à accéder aux demandes de l'Elysée. "Pourquoi une offre qui est déjà supérieure devrait-elle être améliorée? Il n'y a aucune raison pour le moment de
discuter de cela", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à
Paris avec Mitsubishi.

12h25 - Les offres de reprise devront être améliorées, fait savoir l'Elysée. "Les discussions vont encore continuer cette semaine entre
l'Etat et les différentes entreprises. Les offres doivent être
améliorées. Tant qu'il sera possible, nous souhaitons qu'elles
le soient", a indiqué la présidence de la République à Reuters, en marge de la réunion entre François Hollande et les patrons de Siemens et Mitsubishi. "GE doit revenir vers nous au cours des prochains jours", a précisé l'Elysée, qui avait déjà tenu ce discours jeudi.

11h39 - L'offre "préservera l'emploi industriel et les centres de décisions d'Alstom en France et permettra aux trois partenaires d'être forts sur les marchés mondiaux", indique enfin Gerhard Cromme, président du conseil de surveillance de Siemens.

11h35 - Un champion du ferroviaire va bien naître. En tout cas, Siemens est "déterminé" à le créer avec Alstom, promet Gerhard Cromme, président du conseil de surveillance de Siemens. Le groupe est prêt à "apporter l'ensemble de ses activités ferroviaires dans une société commune dirigée par Alstom", continue-t-il.

11h32 - L'offre de Siemens et Mitsubishi "offrira à Alstom un nouvel avenir au lieu de consacrer un démantèlement par une vente au deux tiers de son activité industrielle", assure Gerhard Cromme, président du conseil de surveillance de Siemens au sortir de la réunion. Ce projet préservera "l'intégrité du groupe Alstom dans ses cœurs de métiers", a-t-il ajouté.

11h21 - Le message du patron de Mitsubishi au président français devrait être qu'il compte préserver le périmètre actuel d'Alstom. De son côté, GE affirme être en discussion avec les autorités françaises, mais ne pas vouloir jouer la surenchère. L'offre de l'Américain se clôt lundi 23 juin.

11h13 - Le titre Alstom souffre à la Bourse de Paris. Il perd 1,3% à 28,95 euros. C'est la plus forte baisse du CAC, qui lui, prend 0,4%. Le marché se montre déçu de l'offre de Mitsubishi et Siemens.

10h15 - Les patrons des groupes Siemens et Mitsubishi Heavy Industries (MHI), Joe Kaeser et Shunichi Miyanaga, candidats au rachat du pôle énergie d'Alstom, arrivent à l'Elysée. Ils sont reçus par François Hollande (et ses ministres) à sa demande.

9h40 - Les ministres Arnaud Montebourg (Economie) et Ségolène Royal (Ecologie et Energie) arrivent à l'Elysée pour recevoir les patrons de Mitsubishi Heanvy Industry et de Siemens avec le président.

8h – L'action Mitsubishi Heavy Industry clôture en baisse de 4,3% à la Bourse de Tokyo. Les investisseurs ne s'enthousiasment pas pour l'offre de MHI sur Alstom.

|||sondage|||1965

Le titre de l'encadré ici

|||

L'ESSENTIEL

• Les patrons de Siemens et Mitsubishi rencontrent Hollande à 10h30

• Une conférence de presse est prévue à 11h30

• Kaeser et Miyanaga auditionnés à l'Assemblée à 17h

N.G. et Y.D. avec agences