BFM Business

Le dossier Alstom en 7 questions

Alstom va-t-il se marier avec GE? Avec Siemens? Ou l'Etat va-t-il acquérir des parts?

Alstom va-t-il se marier avec GE? Avec Siemens? Ou l'Etat va-t-il acquérir des parts? - -

Le démantèlement du groupe Alstom est devenu une affaire nationale en l'espace de quelques jours. Que représente Alstom? Pourquoi General Electric et Siemens se disputent-ils sa branche énergie? L'Etat a-t-il les moyens d'intervenir? BFMBusiness.com fait le point.

Quel avenir pour Alstom, le fleuron industriel français? C'est la question qui se pose ce mardi 29 avril, au terme d'une folle fin de semaine alors que François Hollande a reçu lundi à l'Elysée les parties prenantes. Pour tout comprendre de ce dossier et des dernières péripéties, voilà ce qu'il faut savoir.

> Qui est Alstom?

L'industriel français officie dans la production d'énergie thermique et d'énergie renouvelable, dans les réseaux (il s'est spécialisé dans les "smart grid") et enfin dans le transport ferroviaire. Alstom doit surtout sa renommée à l'invention du TGV et à sa position de leader mondial sur le train à grande vitesse.

Ses activités énergie génèrent 70% de son chiffre d'affaires, contre 30% pour le transport. Mais sur les trois premiers trimestres de son exercice décalé 2013-2014, le ferroviaire a représenté plus de 46% des commandes.

Le groupe emploie 93.000 salariés dans une centaine de pays. En France, ils sont 18.000, répartis de manière à peu près équivalente entre les transports et l'énergie. Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 20 milliards d'euros et enregistré pour près de 24 milliards d’euros de commandes en 2012-13.

> Pourquoi Alstom cherche à se vendre?

Selon sa direction, il ne peut plus s'en sortir tout seul. Le groupe a dû réviser à la baisse ses prévisions à plusieurs reprises. Il a engagé une restructuration au niveau mondial fin-2013 qui prévoit la suppression de 1.300 postes, dont une centaine en France. Le groupe envisageait à ce moment-là de vendre une part minoritaire de son activité transport pour retrouver des marges de manoeuvres financières.

Alstom a pourtant un carnet de commande bien rempli. Sa division ferroviaire a par exemple obtenu en 2013 le marché du métro en Afrique du Sud, le plus gros contrat de son histoire, et un autre méga-deal en Arabie Saoudite. Mais il faudra des années avant d'en percevoir les retombées financières. En attendant, les comptes de l'entreprise sont dans le rouge: sa dette a atteint 2,3 milliards d'euros à l'issue de l'exercice 2012-2013.

> Quelles sont les options?

Les actifs d'Alstom font l'objet de deux offres concurrentes, qui visent uniquement les activités énergie et réseau du fleuron français. La première, celle de General Electric, s'élève à environ 10 milliards d'euros.

La deuxième offre vient du concurrent historique d'Alstom: Siemens. Mais son montant n'a pas encore filtré. Le Français et l'Allemand opèrent dans les mêmes secteurs d'activités. Ainsi, le géant d'outre-Rhin ajouterait dans le deal une partie de sa branche transports, dont sa propre technologie de trains à grande vitesse, l'ICE, qui tomberait alors dans l'escarcelle de ce qu'il restera d'Alstom. Il ajouterait aussi des garanties en termes de pérennité des emplois en France pour trois ans.

Plusieurs responsables politiques et syndicaux, comme le président du Modem, François Bayrou, celui du PG Jean-Luc Mélenchon ou encore Jean-Claude Mailly, de Force Ouvrière, ont appelé le gouvernement à nationaliser en partie et provisoirement Alstom. Mais un tel choix serait délicat du fait de l'état des finances publiques. D'autant que le groupe a déjà été sauvé par des fonds publics en 2004.

> Comment les choses se sont accélérées?

Des tractations secrètes depuis des jours, peut-être des mois, entre le PDG d'Alstom, Patrick Kron, et celui de GE, Jeffrey Immelt, ont été révélées jeudi 24 avril par l'agence Bloomberg. L'information fait l'effet d'un séisme dans l'Hexagone. Le gouvernement, les représentants du personnel du groupe, et même certains actionnaires, tombent des nues.

Le lendemain, Arnaud Montebourg, le ministre de l'Economie et du Redressement productif, annonce que le gouvernement travaille sur des pistes alternatives. Dans la foulée, Siemens officialise son offre sur Alstom, dimanche matin.

Chez le Français, deux conseils d'administration se réunissent successivement, l'un vendredi après-midi, et l'autre dimanche en fin de journée. Ce dernier est censé être conclusif. Mais l'exécutif s'en mêle, convoque Patrick Kron, et annonce qu'il n'acceptera pas de décision prise "dans la précipitation". Finalement, les actionnaires d'Alstom annoncent dimanche soir qu'ils poursuivent leur réflexion jusqu'à mercredi 30 avril au matin.

> Pourquoi l'exécutif reprend le dossier en main?

L'Etat n'est plus actionnaire d'Alstom depuis 2006 et la vente de ses parts à Bouygues. Mais, comme le rappelait Juliette Meadel, la secrétaire du PS à l'industrie, dimanche sur BFM Business, un décret qui protège les secteurs jugés stratégiques par l'État a été adopté fin 2005. Onze domaines sont concernés, parmi lesquels la recherche, la production d'armes, l'industrie de la défense, les technologies de l'information, et la sécurité privée.

Selon cette responsable du Parti socialiste, "on est dans ce cas avec Alstom", en particulier en ce qui concerne son activité "nucléaire". Reste que l'industriel ne s'occupe que d'un maillon de la chaîne. Il n'intervient absolument pas sur l'approvisionnement en combustible, l'activité qui assure véritablement l'indépendance énergétique de la France, note Le Parisien ce lundi 28 avril.

> Pourquoi favorise-t-il l'offre de Siemens?

Paris ne peut pas se mettre GE à dos, vu la très forte présence de l'Américain dans l'Hexagone. Pour autant, le gouvernement, Arnaud Montebourg en tête, pense qu'un rapprochement avec l'Allemand permettrait de créer deux géant européen: un "Airbus de l'énergie", et un autre des transports ferroviaires, sur le modèle d'EADS. 

Berlin est sûr la même ligne. Le ministère allemand de l'Economie estime, ce lundi, que l'intérêt de Siemens pour les activités énergie d'Alstom constitue "une grande chance et un gros potentiel" en vue de créer deux "champions européens", l'un dans l'énergie, l'autre dans le ferroviaire.

Mais Siemens, qui avait déjà tenté un rapprochement avec Alstom en 2004 avant d'être éconduit, n'a ni les faveurs de Patrick Kron, ni celles des syndicats. Les représentants du personnel estiment que du fait de la similarité de structure des deux groupes, les doublons seraient nombreux, et la casse sociale massive.

> Quel rôle joue Bouygues?

Le conglomérat de Martin Bouygues est l'actionnaire de référence d'Alstom depuis qu'il a racheté à l'Etat ses 29% du capital en 2006. Or il refuserait systématiquement d'y investir, selon le Journal du Dimanche du 27 avril. Depuis des années au contraire, il traînerait cette participation comme un boulet et chercherait à s'en défaire.

Depuis qu'il a échoué à racheter SFR, le groupe serait encore plus pressé de récupérer du cash via la vente de ses parts. Parce que sa filiale télécoms, qui lui rapportait historiquement 400 millions d'euros par an en cash, soit 40% de ses dividendes, est en forte difficulté. Elle a même dû être recapitalisée de 700 millions d'euros en novembre 2012. Bouygues a donc un besoin urgent de trouver de nouvelles sources de liquidité.

Nina Godart et Joseph Sotinel