BFM Business

Alstom: Hollande reçoit les patrons de General Electric et de Siemens

Alstom se laisse jusqu'à mercredi pour choisir entre GE et Siemens

Alstom se laisse jusqu'à mercredi pour choisir entre GE et Siemens - -

L'industriel français, qui réunissait son conseil d'administration, dimanche 27, a annoncé qu'il "informera le marché d'ici mercredi 30 avril". Mais dès ce lundi, le patron de General Electric et celui de Siemens sont reçus à l'Elysée par François Hollande.

Arrivé dimanche des Etats-Unis, Jeffrey Immelt, le patron de General Electric, candidat au rachat des activités énergie du groupe français Alstom va être reçu à l'Elysée par le chef de l'Etat en compagnie d'Arnaud Montebourg. Le chef de l'Etat recevra aussi les dirigeants de Siemens à 18 heures. De même qu'il verra ceux de Bouygues, premier actionnaire d'Alstom à 19H15.

Hier soir, une réunion autour de François Hollande avait réuni Manuel Valls, Arnaud Monrebourg et Ségolène Royal au terme d'un week-end riche en rebondissement.

Alstom qui tenait, dimanche soir, un conseil d'administration, a publié un communiqué indiquant qu'il "poursuit et approfondit sa réflexion stratégique et informera le marché d'ici le mercredi 30 avril matin".

"Dans cette attente, la société a demandé que la cotation de son titre reste suspendue", ajoute-t-il. L'action Alstom est supendue depuis vendredi 25 avril au matin. Une décision prise par l'Autorité des marchés financiers après que le titre a clôturé en hausse de 10,93% jeudi soir, en tête du Cac 40, après les rumeurs sur son potentiel rachat par le géant américain General Electric.

Le gouvernement met en garde contre toute précipitation

L'agence Bloomberg a en effet provoqué un séisme dans le monde des affaires, jeudi, en annonçant que le conglomérat américain s'apprêtait à acquérir le fleuron industriel français. On apprenait un peu plus tard que seules les activités énergie de l'industriel qui opère aussi dans le transport ferroviaire était visées. Le lendemain, c'est l'Allemand Siemens qui officialisait une offre sur son homologue et concurrent français.

L'exécutif, qui assure avoir été informé des tractations entre Alstom et GE par la presse, a appelé le fleuron français à ne pas prendre de décision dans l'urgence. Dans un communiqué de Bercy publié ce dimanche, le ministère prévenait: "compte tenu des enjeux stratégiques pour l'industrie et l'économie française, le gouvernement n'acceptera pas qu'une décision soit prise quelle qu'elle soit dans la précipitation et sans l'instruction conjointe avec les intérêts de la nation des choix alternatifs".

Le président de la République, François Hollande, du Premier ministre, Manuel Valls, du ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, et de la ministre de l'Energie, Ségolène Royal, se réunissait dimanche soir à l'Elysée pour débrousailler cet épineux dossier.

|||sondage|||1825

Nina Godart