BFM Business

Les modalités du chèque carburant se précisent

Dans Good Morning Business ce mardi, le ministre délégué en charge des Comptes publics Olivier Dussopt a tracé plusieurs hypothèses sur le futur dispositif d'aides face à la montée des prix à la pompe.

2,5 milliards d'euros de recettes fiscales liées à la hausse des tarifs de l'énergie, mais un bouclier tarifaire qui coûte 5 milliards d'euros: c'est le bilan comptable dressé ce matin par le ministre délégué chargé des Comptes publics.

"Ce que nous faisons pour protéger les Français coûte plus que ce que ça rapporte en fiscalité", a résumé Olivier Dussopt, invité de Good Morning Business ce mardi 19 octobre.

Plus de bénéficiaires pour le chèque carburant

Le gouvernement cherche également des solutions pour limiter le coût de la hausse des prix du pétrole, et donc des carburants, pour une partie des Français. Toutes les décisions n'ont pas encore été arrêtées sur la forme que prendra cette nouvelle aide, alors que cette mesure devrait être annoncée par Jean Castex avant la fin de la semaine et le début des vacances scolaires de la Toussaint.

La piste d'un chèque, sur le modèle du chèque énergie, fait partie des discussions. "C’est une mesure qui sera complexe et coûteuse", prévient déjà Olivier Dussopt, une alerte déjà lancée par d'autres membres du gouvernement. Le nombre de bénéficiaires de ce nouveau chèque carburant devrait cependant être plus important que ceux concernés par le chèque énergie.

"Les bénéficiaires du chèque énergie ont perçu en moyenne 150 euros au mois de mars, ils auront à nouveau 150 euros en mars 2022 et Jean Castex a annoncé un chèque énergie exceptionnel de 100 euros pour 5,8 millions de ménages, les ménages les plus fragiles, a expliqué Olivier Dussopt. L’objectif que nous avons est aussi d’aider celles et ceux qui ne sont pas éligibles au chèque énergie car ils sont en activité, ils ont des salaires entre un et deux Smics et qui subissent la hausse des prix du carburant et cela nécessite de travailler sur d’autres fichiers, d’où la complexité".

"Si nous voulons aider celles et ceux qui sont en activité et qui gagnent jusqu’à deux Smics par exemple, cela nécessite d’aller plus loin que 5,8 millions de Français. Si on regarde seulement les salaires, on sait que 20 à 21 millions de Français gagnent moins de deux Smics. A l'échelle du foyer fiscal (...) on est sur des chiffres un peu différents, mais tout cela est en cours de calcul, cela fait partie des hypothèses, il ne faut rien fermer, aucune piste n'est exclue", poursuit le ministre.

Une enveloppe d'un milliard et demi d'euros?

Quel sera l’enveloppe globale de cette nouvelle aide? "Le chèque énergie sur la partie exceptionnelle, la centaine d'euros accordés aux 5,8 millions de Français, c'est environ 600 millions d'euros, si nous allons sur 15 millions de foyers, c'est 1,5 milliard. C'est beaucoup d'argent et nous sommes dans une équation budgétaire qui n'est pas simple", a rappelé Olivier Dussopt.

Ce matin, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a promis sur RTL que cette nouvelle aide serait annoncée "d'ici la fin de la semaine".

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto