BFM Business

Nucléaire: un rapport parlementaire juge "la hausse des coûts préoccupante"

La Commission dénonce l'inaction gouvernemental sur Fessenheim.

La Commission dénonce l'inaction gouvernemental sur Fessenheim. - -

La Commission d'enquête sur le coût du nucléaire a présenté son rapport ce mardi 10 juin. Le texte dénonce notamment "le vide" de l'action de l'Etat à Fessenheim.

C'est un rapport pour le moins dubitatif, qui est publié ce mardi 10 juin. Le commission d'enquête parlementaire sur les coûts du nucléaire a présenté son rapport. Ce texte doit contribuer au projet de loi sur la transition énergétique, que la ministre de l'Ecologie et de l'Energie Ségolène Royal présentera mercredi 18 en Conseil des ministres.

Dans ce rapport, la commission exprime sa préoccupation concernant l'évolution des coûts de la filière nucléaire" en matière d'exploitation, d'investissements ou encore de nouveaux réacteurs de type EPR" et s'interroge sur l'impact des hausses sur le pouvoir d'achat des ménages, le prix de l'électricité pour les entreprises et même "l'avenir des entreprises de la filière".

Elle estime en conséquence "qu'il revient aux pouvoirs publics de définir le cadre énergétique permettant de réduire les incertitudes pesant sur la filière, notamment à l'occasion de la loi de programmation sur la transition énergétique".

Le "vide" sur Fessenheim

Elle pointe également "les incertitudes persistantes sur l'évaluation des coûts de démantèlement", recommande un rapport de la Cour des comptes sur les coûts et bénéfices de l'aval de la filière, et souligne "l'importance de sécuriser le financement des charges futures" (démantèlement et déchets).

Concernant la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), dont François Hollande a promis la fermeture en 2016, la commission a constaté lors de son déplacement en Alsace le "vide" de l'action étatique et souligne que "les élus locaux ressentent mal l'absence de projet porté par l'Etat et se sentent quelque peu abandonnés, voire méprisés".

Jugeant que la décision de fermer Fessenheim "a manqué d'une impulsion venue d'en haut" et que "beaucoup de temps a été perdu", elle appelle à "renforcer très significativement le dialogue et les moyens mis en oeuvre sur le terrain".

La commission recommande aussi que l'Etat "se dote d'une capacité d'expertise indépendante permettant (...) de contribuer au mieux à la planification des choix d'investissement et de leurs impacts sur les coûts globaux de la filière, notamment pour tout ce qui touche à la prolongation de la durée de vie des réacteurs".

J.M. avec Reuters