BFM Business

Alstom: le sort des turbines nucléaires inquiète EDF et la Défense

Jeff Immelt, le PDG de General Electric, est auditionné par les députés ce mardi.

Jeff Immelt, le PDG de General Electric, est auditionné par les députés ce mardi. - -

Alors que Jeffrey Immelt, le PDG de General Electric, est auditionné ce mardi 27 mai par les députés avant de rencontrer le lendemain François Hollande, plusieurs acteurs sont préoccupés par la cession des turbines nucléaires d'Alstom à la société américaine.

Le dossier Alstom bat son plein. Les prétendants officiels ou officieux continuent d'être auditionnés à l'Assemblée nationale. Ce sera le cas ce mardi 27 mai de Christophe de Maistre, président de Siemens France et, surtout, de Jeffrey Immelt, le PDG de General Electric. Ce dernier s'entretiendra le lendemain avec François Hollande.

En attendant, la vente éventuelle des activités énergie d'Alstom suscite des inquiétudes. Beaucoup d'acteurs ne voient pas d'un très bon œil l'éventuelle cession de l'activité turbine dans le nucléaire.

"C’est un sujet qui commence à devenir crispant ", explique une source proche du dossier. Avec un enjeu réel: c’est EDF qui fait monter la pression car les turbines Alstom équipent la totalité des réacteurs nucléaires, avec des spécificités bien particulières.

Les turbines du porte-avions Charles de Gaulle

Mais, plus discrètement, c’est la Défense qui rappelle que ces turbines équipent aussi la moitié des bâtiments de la marine, dont six sous-marins nucléaires d’attaque et le porte-avions Charles de Gaulle. Pour être clair, on ne peut pas trouver de sujet plus stratégique.

Irresponsable de laisser partir cela aux Etats-Unis, estiment plusieurs sources, sans trouver pour autant la solution. EDF et Areva ont été sondées, elles se disent incapables de reprendre cette activité. Faire des turbines c’est un métier, ce n’est pas le leur.

General Electric propose des garanties noir sur blanc. L’Elysée sait qu’elles seront rayées d’un trait de plume si les Etats-Unis le décident. Aujourd’hui ce dossier est une priorité, dans une mécanique déjà complexe.

Guillaume Paul