BFM Business

Alstom: l'Etat pourrait entrer au capital d'un groupe recentré sur le transport

Alstom Transports pourrait faire l'objet d'une participation de l'Etat.

Alstom Transports pourrait faire l'objet d'une participation de l'Etat. - -

Paris pourrait prendre une participation dans le futur Alstom Transports rapporte, ce dimanche 18 mai, l'agence Reuters. Toujours selon elle, Siemens va dévoiler la semaine prochaine une offre améliorée dans laquelle il cédera la totalité des ses activités rails au groupe français.

Nouvel épisode dans l'épineux feuilleton Alstom. Selon l'agence Reuters ce dimanche 18 mai, Siemens va présenter la semaine prochaine le détails de son offre sur les activités énergie du groupe tricolore.

L'agence, qui cite des sources "de deux cotés des tractations", rapporte que le groupe allemand travaille sur une offre améliorée qui créerait deux "champions nationaux", l'un dans l'énergie avec Siemens, l'autre dans les transports autour d'Alstom.

Une co-entreprise dans la signalisation ferroviaire

Le géant munichois a présenté fin avril les grandes lignes d'une contre-offre valorisant la branche d'énergie d'Alstom à 14,5 milliards de dollars (10,6 milliards d'euros) et incluant du cash et des transferts de certains actifs ferroviaires au groupe français.

La proposition de Siemens comporterait maintenant le transfert de l'ensemble de ses actifs ferroviaires à Alstom et la constitution d'une coentreprise dans la signalisation ferroviaire.

Renforcer la part de l'Etat au capital de l'Etat

Pour limiter son influence sur le nouvel Alstom recentré sur les transports, Siemens discute avec Paris et Berlin de l'opportunité pour l'Etat français de se renforcer au sein d'Alstom. L'Etat ne détient plus que 0,9% de l'ex-groupe public via la Caisse des dépôts et consignations.

Selon diverses sources, Paris pourrait monter au capital d'Alstom - l'une d'elle a évoqué une participation de plus de 10% - afin de garantir que le groupe, sauvé de la faillite par des fonds publics il y a dix ans, conservera ses racines françaises.

Sur ce dernier point, Arnaud Montebourg avait indiqué, vendredi 16 mai sur BFMTV, qu'il n'"excluait pas" une possible montée au capital de l'Etat dans le groupe Alstom.

Les actifs d'Alstom dans l'énergie éolienne et l'énergie nucléaire seraient parallèlement vendus à Areva, répondant ainsi aux inquiétudes du gouvernement sur l'indépendance énergétique du pays.

Faire pression sur General Electric

Si certaines sources proches des tractations doutent de l'intérêt d'Alstom pour une offre, même améliorée, du groupe allemand, celle-ci permettrait au gouvernement de faire monter les enchères avec GE.

Alstom a engagé des négociations avec l'américain General Electric, qui offre 12,35 milliards d'euros pour reprendre ses actifs dans l'énergie. Mais, sous la pression du gouvernement, il a donné accès à ses comptes à Siemens afin que le groupe allemand puisse également soumettre une offre d'ici le 2 juin, date prévue pour l'entrée en négociations exclusives avec GE.

J.M. avec Reuters