BFM Business

Le coût du nucléaire de plus en plus lourd en France selon la Cour des comptes

Les coûts de production du nucléaire en France ont bondi de 20% en trois ans, selon la Cour des comptes.

Les coûts de production du nucléaire en France ont bondi de 20% en trois ans, selon la Cour des comptes. - -

Selon un rapport de la Cour des comptes publié ce mardi 27 mai, le coût de production du nucléaire en France a bondi depuis 2010. Il va continuer à augmenter en raison de la vieillesse des centrales.

Près de 20% de hausse. Les coûts de production de la filière nucléaire en France ont crû de 19,2% entre 2010 et 2013. C'est la conclusion de la Cour des comptes, dans son rapport commandé par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur ce thème, et publié ce 27 mai. Ces coûts vont continuer d'augmenter, estime la Cour.

Des conclusions que l'institution de la rue Cambon avait déjà anticipé dans son précédent rapport de 2012 sur les frais de la filière en 2010. En cause: le vieillissement des centrales de l'Hexagone.

Le prix du mégawatheure, lui, a augmenté de 20,6%, en euros courant. En euros constant, la hausse serait moindre, à 16%. Il est passé de 49,6 euros en 2010, à 59,8 en 2013. Avec un impact direct sur le consommateur puisque, selon les magistrats, les coûts de production nucléaire compte pour 40% du prix payé par les clients. Les tarifs réglementés de l'électricité ont d'ailleurs augmenté de 5% en France en août 2013, et une hausse similaire doit intervenir cet été.

La maintenance très coûteuse

Cette forte poussée est principalement due aux investissements de maintenance, qui ont bondi de 117,7% en trois ans, constate la Cour. Cette ligne de dépenses est celle qui a le plus fortement augmenté, loin devant les provisions pour la gestion des déchets et du combustible usé (+14,8%), celles liées au démantèlement (+12,8%), et les dépenses d'exploitation (+10,9%).

En valeur absolue, ce sont les dépenses d'exploitation, qui concernent l'achat de combustible, les salaires, les impôts et la logistique, qui coûtent désormais le plus cher. Elles sont passées de 9 milliards d'euros en 2010 à plus de 10 milliards en 2013. Elles pèsent le plus dans le coût du mégawatheure, pour 41% du total.

Les "investissements de maintenance, en particulier de sûreté, n'ont pas encore atteint leur maximum; ils devraient encore sensiblement progresser jusqu'en 2017, avant de commencer à diminuer", souligne la Cour des comptes.

90 milliards d'ici à 2033

EDF avait déjà indiqué que ses dépenses pour augmenter la durée de vie –normalement de 40 ans- des 58 réacteurs qu'il exploite atteindraient 55 milliards d'euros d'ici 2025. Un montant que la Cour juge optimiste: elle-même prévoit qu'il lui en coûtera environ 90 milliards entre 2011 et 2033.

Dans le cadre de la transition énergétique, François Hollande s'est engagé à ramener de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production totale d'électricité en France en 2025. La Cour appelle l'Etat, qui détient 84,4% du capital d'EDF, à se prononcer rapidement sur un éventuel prolongement du parc existant au-delà de 40 ans. De quoi "permettre aux acteurs, notamment à EDF, de planifier les actions et les investissements qui en résulteront".

N.G. avec agences