BFM Business

Les Français ont payé l'énergie 200 euros plus cher en 2012

Les ménages français ont vu leur facture énergétique augmenter de 6% en 2012.

Les ménages français ont vu leur facture énergétique augmenter de 6% en 2012. - -

La facture énergétique des ménages français s'est alourdie de 6% en 2012 par rapport à 2011. Mais dans le même temps, la consommation finale d'énergie a reculé.

EDF faisait état de bénéfices meilleurs qu'attendus au premier semestre ce mardi 30 juillet au matin. Et le soir, le Commissariat général au développement durable, dans son "Bilan énergétique pour la France 2012" , constate que la facture énergétique des Français, comprenant leurs achats d'électricité, de gaz, de carburants en 2012, a augmenté de 6%, ou de 200 euros en valeur absolue, par rapport à l'année précédente. Elle atteint désormais les 3.200 euros par ménage en moyenne.

Cette flambée est principalement due à la hausse des prix du gaz et de l'électricité, de plus de 5%, deux fois et demi plus rapide que celle de l'inflation. La météo, légèrement plus froide en 2012, a également tiré les factures de chauffage.

Dans le détail, le baromètre annuel indique que la facture totale d'énergie des ménages français s'élève à 91 milliards d'euros, soit plus de 8% de leurs dépenses, note le ministère. La facture par habitant avoisine donc les 1.400 euros en moyenne.

L'industrie à son plus bas niveau de consommation

Paradoxalement, la consommation d'énergie finale en France a reculé en 2012, de 0,7%. Mais cette baisse concerne l'industrie, qui a atteint son plus bas niveau de consommation depuis les années 70, et non les ménages…

Quand on se rapporte à la consommation primaire (avant toute transformation), l'électricité reste la principale énergie, passant de 43,9% en 2011 à 44% en 2012. Le pétrole représente 30,3% (contre 31,1%) du "bouquet énergétique" français, tandis que le gaz recule à 14,8% (contre 15,1%). Les énergies renouvelables thermiques progressent de 6,1% à 6,6%, tandis que le charbon progresse à 4,2% (contre 3,7%).

En énergie finale, corrigée des variations saisonnières et prenant en compte les importantes pertes de rendement de l'électricité, le pétrole reste de loin la principale énergie (41,8%), devant l'électricité (24,4%), le gaz (20,8%), les énergies renouvelables hors électricité (9,7%) et le charbon (3,4%).

Nina Godart et AFP