BFM Business

Le gouvernement veut doper le solaire "Made in Europe"

Pour soutenir la filière solaire française, malmenée par la concurrence chinoise , le gouvernement veut mettre en place une bonification des tarifs de rachats de l'électricité.

Pour soutenir la filière solaire française, malmenée par la concurrence chinoise , le gouvernement veut mettre en place une bonification des tarifs de rachats de l'électricité. - -

La ministre de l'Ecologie a annoncé ce lundi 7 janvier des mesures de soutien à la filière solaire. Parmi elles, l’augmentation des tarifs de rachat de l’électricité produite par des panneaux fabriqués en Europe.

Deplhine Batho, la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l'Énergie, a profité d’une visite, ce lundi 7 janvier, dans l’usine de fabrication de cellules photovoltaïques MPO, en Mayenne, pour présenter le plan de soutien à la filière solaire promis lors de la conférence environnementale de septembre.

Celui-ci comprend le lancement d’un appel d’offres portant sur la création de nouveaux parcs photovoltaïques de 400 mégawatts. La moitié sera réservée à des projets utilisants des techologies innovantes : solaire à concentration ou avec suivi du soleil. L'autre à des technologies déjà rôdées comme les centrales installées sur les toitures. Un deuxième appel d'offres sera lancé en 2013, a promis la ministre.

L'objectif du gouvernement est de doubler la capacité de production de l’énergie solaire l'an prochain, pour le porter à 1 000 mégawatts par an.

Un bonus de 5 à 10 % du tarif de rachat de l'électricité

La ministre entend aussi venir en aide à un secteur sinistré. Selon les estimations de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (Ademe), 14 500 emplois ont été détruits dans la filière photovoltaïque entre 2010 et 2012, soit près d'un poste sur deux en France. Les entreprises nationales font, en effet, les frais de la concurrence chinoise.

Delphine Batho a donc annoncé une bonification de 5 à 10% des tarifs de rachat par EDF quand l’électricité provient des petites installations sur les toitures dont les panneaux sont "made in Europe".

A la menace d’éventuels recours déposés par les pays exclus de cette disposition, la ministre a expliqué que "l'idée du gouvernement c'est de prendre ce risque". Delphine Batho, chargée de lancer la transition écologique voulue par François Hollande, a défendu l'idée qu'"on ne pouvait pas attendre" la fin du débat national sur cette transition, qui doit durer jusqu'à l'été, pour agir.

L’ensemble de ces mesures nécessitera des investissements de plus de 2 milliards d’euros et permettra la création ou le maintien d’environ 10 000 emplois, a indiqué le ministère dans un communiqué. Leur coût annuel pour la collectivité est estimé entre 90 et 170 millions d’euros, soit environ 1 à 2 euros par an en moyenne par ménage.

Coralie Cathelinais et avec agences