BFM Business

Gazprom réclame un impayé de 640 millions d'euros à l'Ukraine

Le géant russe Gazprom accuse l'Ukraine d'un important impayé.

Le géant russe Gazprom accuse l'Ukraine d'un important impayé. - -

Le géant russe affirme avoir laissé jusqu'au 1er octobre à l'Ukraine pour payer ses livraisons de gaz effectuées en août, sans résultat. Gazprom s'impatiente, alors que Kiev tente de se rapprocher de Bruxelles.

La Russie pourrait bientôt fermer le robinet de gaz à destination de l’Ukraine. Le groupe russe Gazprom accuse son voisin de ne pas avoir payé ses factures. Selon Gazprom, l’Ukraine devrait 882 millions de dollars, soit 640 millions d’euros, pour du gaz livré en août.

"La situation est très sérieuse, car le contrat prévoit qu'en cas de violation des conditions des paiements, on passe à un système de paiement à l'avance", a expliqué le patron de Gazprom, Alexeï Miller. Le géant russe affirme avoir laissé jusqu’au 1er octobre à l’Ukraine pour payer ces livraisons, mais Kiev ne l’a toujours pas fait.

Moscou veut une union douanière

L’Ukraine demande à la Russie de baisser le prix du gaz, ce que cette dernière se refuse à faire tant que le pays n’a pas intégré son union douanière. Cela permettrait alors à Gazprom d’obtenir une part réservée dans le réseau de transport de gaz ukrainien.

Mais Kiev négocie actuellement avec Bruxelles pour un accord de libre-échange. Une association que Moscou voit d’un très mauvais œil. La Russie a d’ores et déjà prévenu que de possibles représailles commerciales pourraient avoir lieu.

Un moyen de pression sur l'Europe?

Le sujet crée un regain de tensions entre la Russie et l’Ukraine, alors que cette dernière est très dépendante du gaz russe. Ces dernières années, les livraisons russes avaient déjà été interrompues à plusieurs reprises, ce qui pose un problème à l’Union européenne.

Plus d’un quart du gaz européen provient en effet de Gazprom et transite par l’Ukraine. Avec l’approche de l’hiver, les importations de gaz russe vont augmenter. Du coup, depuis plusieurs années, l’Ukraine et l’Union européenne tentent de diversifier leurs sources d’approvisionnement.

Le titre de l'encadré ici

|||

> Gazprom se développe

Gazprom va augmenter de 50% de ses investissements pour 2013, à 23 milliards d’euros. Le groupe russe souhaite ainsi développer "des projets stratégiques" dans l’extraction et le transport du gaz. Gazprom a dégagé un bénéfice net de 29 milliards d’euros en 2012, mais ce chiffre devrait connaître une légère baisse pour l’année en cours.

A.D. avec AFP