BFM Business

Ecologie: "il ne faut pas être complaisant avec les entreprises qui trichent", avertit Yannick Jadot

Invité de Good Morning Business, le député Europe Écologie Les Verts reconnaît que jamais autant d'entreprises qu'aujourd'hui n'ont pris le virage de l'écologie. Mais selon lui certaines ne jouent pas franc jeu, notamment les constructeurs automobiles.

Il y a les paroles et les actes. Lors du sommet pour le climat de l'ONU, Emmanuel Macron a réclamé à la communauté internationale des actes forts afin de freiner le dérèglement climatique. Mais son approche offensive n'a pas convaincu Yannick Jadot, député Europe Écologie Les Verts, au micro de Good Morning Business ce mardi.

"Le problème qu'on a, dans ces réunions onusiennes, il se décide plus grand chose en vrai et quand le président de la République réclame des actes, des actes et des actes, il s'adresse d'abord à son gouvernement, il s'adresse d'abord à lui même".

Et de dénoncer le retard de la France sur ses objectifs de réduction des émissions de carbone. "La France n'est pas sur la trajectoire que réclament les scientifiques en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il faudrait faire cinq fois plus que ce qu'on fait. On pèche sur le logement (...), nous péchons sur le transport...". 

"Aujourd'hui, les constructeurs automobiles trichent"

La faute également aux entreprises ? "Jamais autant d'entreprises ont pris le virage de l'écologie. Jamais autant de dirigeants d'entreprises me disent: 'y compris pour mes enfants, il faut que je le fasse'. On a des salariés qui sont prêts, des collectivités qui agissent".

Mais "il y a des dirigeants qui malheureusement pensent qu'attendre encore un peu c'est une option. Malheureusement, si on est sincère en disant que c'est des enjeux vitaux, attendre ce n'est pas une option".

Yannick Jadot va plus loin: "il y aussi des stratégies d'évitement. On a des rapports successifs qui démontrent qu'on vend dans notre pays des véhicules diesel qui polluent six fois plus que la normale. (...). Ce que je souhaiterais, c'est que le gouvernement ne soient pas complaisant vis-à-vis des entreprises qui trichent. Aujourd'hui, les constructeurs automobiles trichent, ils mettent sur le marché des véhicules qui polluent six fois plus que la norme sur le diesel".

À la question de savoir si des constructeurs français sont concernés, le député répond "bien sûr: Renault et Peugeot. Vous avez 4 millions de véhicules diesel dans notre pays qui émettent beaucoup plus que la norme. En Allemagne, le gouvernement a imposé pour partie que les constructeurs reprennent les voitures, les recalibrent à leurs frais pour les rendre à leurs clients. Ça c'est une mesure qui permettrait à chacun et chacune de se responsabiliser. Tout le monde doit faire l'effort".

Olivier Chicheportiche