BFM Business

Des milliers de maires s'unissent contre le réchauffement climatique 

Réunissant 7.100 villes de 119 pays, la Convention mondiale des maires pour le climat et l'énergie vise à lutter contre le réchauffement climatique. (image d'illustration)

Réunissant 7.100 villes de 119 pays, la Convention mondiale des maires pour le climat et l'énergie vise à lutter contre le réchauffement climatique. (image d'illustration) - John MacDougall - AFP

Les deux principales alliances de villes du monde et de l’Union européenne viennent de s’associer pour créer le plus grand réseau de métropoles impliquées dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Six mois après la COP21, estimant que "le rôle des villes a été décisif" dans le processus de négociation de l'accord de Paris, les édiles de 7.100 villes du monde viennent de fonder la Convention mondiale des maires pour l'énergie et le climat. Fruit d'un rapprochement entre la Convention des maires de l'Union européenne (fondée en 2008) et le Pacte des maires (lancé en 2014), cette structure représentera les intérêts de plus de 600 millions d'habitants. Soit 8% de la population. 

Envoyé spécial des Nations Unies pour le climat, Michael Bloomberg estime que cette convention va "contribuer à accélérer les progrès accomplis par les villes" en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Pour l'ancien maire de New York, il s'agit aussi de faire en sorte que ces villes accroissent "leur influence au niveau mondial". Et donc d’être mieux entendues et représentées lors des prochains sommets internationaux. 

Se rassembler "est fondamental"

Responsable climat de l’ONU, Christiana Figueres estime auprès de l’AFP qu’il "est fondamental" que les villes se rassemblent pour préparer l’avenir. La diplomate rappelle qu’à l’horizon 2050, "les deux tiers de la population vivront dans de grandes agglomérations". Aussi, plaide-t-elle pour que ces agglomérations "se dirigent vers une urbanisation plus durable".

Un objectif compatible avec ceux déjà présentés par la Coalition des maires pour l'énergie et le climat. Les villes-membres entendent en effet partager informations, données et leçons tirées en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Mais aussi réfléchir sur les solutions à mettre en oeuvre pour réduire l'impact carbone du secteur des transports ou des travaux publics, et trouver des solutions afin de faciliter le traitement de l'eau et l'accès aux énergies renouvelables. 

Antonin Moriscot