BFM Business

Comment l'Europe aide la France à développer les énergies propres

Bruxelles vient d'annoncer la création de trois nouveaux régimes d'aides visant à soutenir la production d'électricité solaire et hydraulique. (image d'illustration)

Bruxelles vient d'annoncer la création de trois nouveaux régimes d'aides visant à soutenir la production d'électricité solaire et hydraulique. (image d'illustration) - Jean-Pierre Clatot - AFP

La Commission européenne vient d'autoriser Paris à mettre en place trois régimes d'aide aux producteurs d'énergie solaire et hydraulique.

Bruxelles va permettre à la France d'augmenter respectivement ses capacités solaire et hydroélectrique de 2.600 mégawatts (MW) et 60 MW. Soit l'équivalent de plus de deux réacteurs nucléaires. Pour y parvenir, la Commission européenne a décidé d'autoriser la France a mettre en place trois nouveaux régimes d'aides.

"Les deux régimes en faveur de l'énergie solaire sont dotés d'un budget prévisionnel de 139 millions d'euros par an. Soit un total de 8,8 milliards d'euros sur 20 ans. Le régime en faveur de l'énergie hydroélectrique est lui doté d'un budget prévisionnel de 25 millions d'euros par an, soit un total de 500 millions d'euros sur 20 ans" précise la Commission.

Ces initiatives "stimuleront une utilisation accrue des sources d’énergie renouvelables et procureront une sécurité juridique au secteur, tout en limitant autant que possible le recours au soutien de l’État" indique la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager dans un communiqué.

Aider la France à atteindre ses objectifs de production 

Le premier régime d’aide prévoit "le paiement d’un prix différentiel" de rachat aux exploitants d’installations solaires qui ne dépassent pas 100 kilowatts et qui sont placées sur les toits d’habitations ou de commerces. "Ce régime permettra à la France d’augmenter sa capacité solaire d’environ 1.500 mégawatts (MW)" indique Bruxelles.

Le deuxième régime d'aide est réservé aux exploitants d'installations solaires de plus grande taille. Il entraînera une augmentation de la capacité solaire française d'environ 1.100 mégawatts. Enfin, le troisième régime, réservé à l'énergie hydroélectrique, prévoit l'octroi d'aides au développement de nouvelles centrales pour une capacité allant jusqu'à 60 MW. 

L'ensemble de ces mesures permettra "d'augmenter la part d'électricité produite à partir de sources d'énergie renouvelables, conformément aux objectifs environnementaux de l'Union européenne tandis que les distorsions de concurrence engendrées par l'aide publique seraient limitées" avance la Commission européenne. Elles devraient ainsi aider la France à atteindre son objectif pour 2020 de couvrir 23% de ses besoins énergétiques à partir des sources renouvelables. 

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV