BFM Business

Ces grands groupes français qui déclarent leur flamme au climat

A 4 jours de l'ouverture de la COP, 39 patrons français réaffirment leurs engagements en matière de lutte contre le réchauffement climatique et plaident pour un prix du carbone. (image d'illustration)

A 4 jours de l'ouverture de la COP, 39 patrons français réaffirment leurs engagements en matière de lutte contre le réchauffement climatique et plaident pour un prix du carbone. (image d'illustration) - Patrick Stollartz - AFP

Présents dans les secteurs de la chimie, de l’énergie ou des services, 39 grands noms de l’industrie française viennent de signer un "manifeste pour le climat".

J-4 avant l’ouverture de la Conférence de Paris sur le climat. A cette occasion les grandes entreprises françaises ont décidé de "faire front contre le changement climatique". Comportant une majorité d’entreprises issues du CAC40 (Carrefour, Total, EDF, Legrand, Saint-Gobain, Solvay…), cette coalition souhaite avant tout qu’un accord mondial "ambitieux et réaliste" soit signé à l’issue de la COP21.

Montée en quelques mois, cette alliance a pour but d’exprimer "collectivement un engagement vis-à-vis d’une économie bas carbone". Concrètement, les signataires de ce texte –qui génèrent actuellement 1.200 milliards d’euros de chiffre d’affaires– ont décidé d’investir sur cinq ans 170 milliards d’euros pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Dans le détail, 45 milliards seront affectés au développement des énergies renouvelables et autres technologies bas carbone, et 80 milliards d’euros " contribueront à la lutte contre le changement climatique". Le reste de l’enveloppe sera affecté au développement de nouvelles capacités nucléaires (15 milliards) et à la promotion du gaz naturel (30 milliards d’euros). Cette dernière source étant considérée par ces patrons comme une "énergie de transition".

Les industriels en faveur d’un prix du carbone

Le deuxième volet de ce "manifeste climat" compile les actions individuelles des signataires en matière de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. Ainsi la quasi totalité des entreprises (37 sur 39) ont d'ores et déjà prises des engagements visant à limiter leurs émissions.

Bien que l'on dénombre autour du monde près de 17 marchés du carbone (à l'image de celui mis en place par l'Union européenne), couvrant près de 40% de l'économie mondiale, la mise en place d'un tel mécanisme - et la définition d'une tarification carbone - sont deux points qui ne sont pas à l'ordre du jour des négociations qui auront lieu pendant la COP. 

Pourtant, la majorité des patrons de ces 39 groupes industriels français plaident en la faveur d'un tel système. Ainsi, 11 entreprises se sont déjà dotées d'un prix interne du carbone pour "infléchir leurs décisions d'investissement ou accélérer leurs réductions d'émissions".

A titre d'exemple, chez Solvay comme chez Total, la tonne de carbone "s'échange" actuellement contre 25 euros.

Antonin Moriscot