BFM Business

EasyJet: grève annoncée les 25 et 26 décembre

Une grève est prévue chez Easyjet le jour de Noël.

Une grève est prévue chez Easyjet le jour de Noël. - Pascal Pavani - AFP

Les syndicats d'hôtesses et stewards de la compagnie aérienne EasyJet ont déposé un préavis de grève de 48 heures les 25 et 26 décembre. Ils revendiquent notamment de meilleurs conditions de travail.

Une grève pour Noël. Les deux syndicats d'hôtesses et stewards d'EasyJet ont déposé un prévis de grève de 48 heures les 25 et 26 décembre. La compagnie aérienne va devoir annuler certains de ses vols.

Le SNPNC-FO (majoritaire) et l'UNAC (Union des navigants de l'aviation civile, CFE-CGC) revendiquent notamment une amélioration de leurs conditions de travail par la "signature d'un accord de stabilité des plannings" et une plus grande participation aux bénéfices.

Aucun vol n'étant programmé le jour de Noël, le mouvement social devrait "affecter moins de la moitié des vols" le 26 décembre, a-t-on appris auprès de la compagnie.

Appel aux volontaires

"Dès lundi, on va préemptivement annuler un certain nombre de vols pour pouvoir transférer les passagers, qu'ils puissent se réorganiser", a précisé François Bacchetta, directeur général d'EasyJet pour la France.

Dans le transport aérien, les salariés doivent annoncer leur intention de faire grève 48 heures avant d'arrêter le travail. Les prévisions de trafic seront donc connues mercredi prochain pour la journée du 26 décembre. La compagnie a lancé un appel aux volontaires pour assurer la rotation des vols ce jour-là.

Une "vingtaine" de changements dans le planning par mois

Les syndicats dénoncent des plannings qui "peuvent subir jusqu'à quasiment une vingtaine de changements" au cours du mois, "ce qui rend la vie de famille complètement impossible", a indiqué Laurent Nicolas du SNPNC-FO.

"C'est un chantier très compliqué sur lequel on travaille", a répliqué François Bacchetta, qui dit cependant comprendre la "frustration" du personnel sur le sujet. EasyJet emploie quelque 600 stewards et hôtesses sur le millier de salariés qu'elle compte en France.

Les cinq bases françaises de la compagnie aérienne -à savoir Paris-Orly, Paris-Charles-de-Gaulle, Lyon, Nice et Toulouse- seront impactées par le mouvement, selon Le Figaro. Le syndicat UNAC "envisage de nouveaux arrêts de travail si la compagnie persiste dans son refus de négocier".

M. K.