BFM Business

TNT: Bernard Arnault et Xavier Niel lancent une chaîne consacrée à la diversité

Christophe Hondelatte animera un talk show le dimanche soir

Christophe Hondelatte animera un talk show le dimanche soir - -

Les deux milliardaires ont investit dans Numéro 23, une des six nouvelles chaînes TNT lancée le 12 décembre.

Parmi les 6 nouvelles chaînes TNT lancées le 12 décembre, Numéro 23 (anciennement connue sous le nom de TVous) est un cas à part. C'était la grande surprise parmi la sélection effectuée par le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel). Notamment, car c'est la seule chaîne retenue qui n'appartient pas à un groupe de médias. Elle est détenue majoritairement par Pascal Houzelot, patron de Pink TV. Ce dernier a levé 5 millions d'euros après de riches mécènes, tels que Bernard Arnault (LVMH), Xaviel Niel (Free), Jean-Charles Naouri (Casino), Henri Briard (L'Occitane), Jacques-Antoine Granjon (Vente privée) et Jacques Veyrat (ex-Louis Dreyfus).

Un tour de table légèrement différent de celui prévu intialement, qui, selon Satellifax, associait Pascal Houzelot (50,01%), Xavier Niel (16,7%), Jean-Charles Naouri (8,33%), François-Henri Pinault (8,33%) et Mathieu Pigasse (8,33%). "Il n'est pas dit que les personnalités non citées aujourd'hui ne rejoigne pas ultérieurement le tour de table", précise Pascal Houzelot.

Numero 23 est aussi la chaîne qui a la thématique la plus originale, si ce n'est la plus casse-gueule: la diversité. La grille présentée lundi 19 novembre montre que Numéro 23 tente d'échapper à la fois au pathos et au ghetto, dans lequel est tombé France Ô par exemple. Avec au menu des programmes très grand public, comme des séries (Crimes en série, La femme Nikita, La loi de Murphy...) ou de la télé-réalité (la version américaine de X-Factor). "Nous assumons totalement d'être une chaîne commerciale financée par la publicité. La chaîne sera généraliste, grand public, divertissante, positive, généreuse, et pas l'exposé de revendications communautaristes, a expliqué le président Pascal Houzelot, qui a embauché comme consultant l'ancien numéro 2 de TF1 Etienne Mougeotte.

Discussions avec France 24

Objectif: 1% d'audience fin 2014 ou début 2015, avec pour cibles commerciales "les 25-49 ans et les ménagères de moins de 50 ans". L'effectif est très réduit (8 personnes) car beaucoup de tâches ont été sous-traitées. La régie publicitaire a notamment été confiée à TF1. La tranche d'information du matin (6h à 9h30) sera alimentée par la reprise d'une autre chaîne. toutefois, cela attendra "le premier semestre 2013", car les discussions sur ce point continuent toujours, notamment avec France 24.

Le budget sera de 15 millions d'euros la première année, dont 5 millions pour les coûts de diffusion. Selon le directeur général Damien Cuier, il atteindra 30 millions d'euros "en régime de croisière, avec entre la moitié et les deux tiers consacrés aux programmes". L'équilibre est prévu "en année 4", soit en 2016. A noter que la convention d'émettre conclue avec le CSA interdit toute revente de la chaîne avant l'automne 2014.

En mars, lors de son audition devant le CSA, la chaîne avait promis un petit équilibre en 2015, avec 1,8% d'audience et des recettes publicitaires de 35 millions d'euros. Elle avait aussi évoqué un partenariat avec Les Inrocks, qui n'a finalement pas vu le jour. Enfin, elle avait aussi parlé de la présence de Yassine Bellatar en échange du retrait de sa candidature TNT montée avec Luc Besson, mais l'humoriste ne figure finalement pas dans la grille présentée lundi.

Jamal Henni