BFM Business

Les ventes de la Xbox One à la peine au Japon

Un acheteur de la XBox one, lors du lancement de la console au Japon, le 4 septembre dernier.

Un acheteur de la XBox one, lors du lancement de la console au Japon, le 4 septembre dernier. - Toru Yamanaka - AFP

Le directeur de la division Xbox au Japon a présenté sa démission, après des résultats catastrophiques, a indiqué Microsoft ce lundi 1er décembre. Le groupe assure néanmoins que cette décision n'est pas liée aux mauvaises ventes de la console.

Microsoft a toujours eu du mal à pénétrer le marché japonais des consoles avec sa Xbox.

Signe de ces difficultés: la démission du directeur de l'activité Xbox au Japon, Takashi Sensui, annoncée ce lundi 1er décembre par le groupe américain.

Takashi Sensui, qui a présenté sa lettre dimanche, avait été nommé en 2006 pour tenter de redresser l'activité de Microsoft dans l'archipel. S'il quitte son poste de "responsable de la division nippone" des jeux interactifs, il continuera de travailler pour le groupe américain, au siège de Redmond, aux Etats-Unis.

Microsoft explique que Takashi Sensui ne sera pas remplacé. L'entreprise américaine assure également que son départ n'a aucun lien avec les ventes calamiteuses de la nouvelle version de sa console, la Xbox One. Microsoft avance comme raison "une réorganisation globale de l'activité Xbox".

Un départ raté au Japon 

Il n'empêche que Takashi Sensui part sur un échec cuisant. La Xbox One, troisième version de la console de Microsoft, a effectué un départ raté au Japon depuis son lancement le 4 septembre dernier.

Depuis, la Xbox One ne s'est écoulée qu'à 40.000 unités, selon les estimations du magazine spécialisée Famitsu, arrêtées au 23 novembre.

Pour donner un ordre d'idée, ses deux principales rivales, la Playstation 4 de Sony et la Wii U de Nintendo, s'étaient, elles, vendues respectivement à 322.000 et 308.000 exemplaires lors des deux premiers jours de leur lancement, rappelle Forbes

Un catalogue de jeu restreint

Cette contre-performance est attribuée par les connaisseurs à une réputation ternie par de précédents problèmes techniques, à une inadaptation de la machine aux attentes du marché nippon ainsi qu'au catalogue de jeux jugé trop pauvre. Le groupe américain doit par ailleurs faire face à un marché nippon traditionnellement hostile aux entreprises étrangères sur le marché des consoles, rappelle Forbes.

Les difficultés de Microsoft ne datent évidemment pas d'hier. La précédente console du géant américain, la Xbox 360 avait elle aussi été largement battue par ses concurrentes au Japon. Ses ventes s'étaient ainsi élevées à 1,6 millions d'unités, contre 12,75 millions pour la Wii et 10 millions pour la Playstation 3. 

En dehors du Japon, Microsoft, bien que moins populaire que Sony, est parvenu à se faire un nom auprès des "gamers": le groupe a ainsi distribué plus de 5 millions de XBox One depuis son lancement en novembre 2013. Sony avait pour sa part annoncé début août avoir atteint le seuil symbolique des 10 millions de PS 4 vendues en moins de neuf mois, soit le meilleur démarrage de l'histoire de sa gamme de consoles. Commercialisée bien avant, la Wii U n'a quant à elle pour le moment séduit que 7,3 millions de clients, loin du succès de l'aînée Wii.

Julien Marion avec AFP