BFM Business

Le PSG sauve les comptes de la Ligue 1

Le PSG, grâce à son nouveau contrat d'image, évite un doublement des pertes globales de la Ligue 1. Ici, le président du club, Nasser Al-Khelaifi, accompagné du directeur sportif, Leonardo.

Le PSG, grâce à son nouveau contrat d'image, évite un doublement des pertes globales de la Ligue 1. Ici, le président du club, Nasser Al-Khelaifi, accompagné du directeur sportif, Leonardo. - -

Même si le club parisien reste en déficit sur l'exercice 2011-2012, son contrat d'image avec le Qatar empêche un dérapage important des comptes de la Ligue 1.

Comme prévu, le déficit des clubs de football français s’est encore creusé lors de la saison 2011-2012, passant de 65 à 108 millions d’euros (Ligue 2 comprise).

C’est ce qui ressort du rapport d’activité de la Direction nationale de contrôle et de gestion (DNCG), publié lundi 4 mars. Le constat est valable pour la Ligue 1, qui passe de 46,1 à 60,7 millions de pertes, mais aussi et surtout pour l’étage inférieur, qui voit son déficit exploser, de 18,9 à 47,4 millions d’euros.

Mais la situation financière globale aurait pu être bien pire si le PSG n’avait pas trouvé une alternative, qui fait d’ailleurs grincer quelques dents. Car le contrat d’image passé avec l’Autorité de développement du tourisme du Qatar (QTA) a –surprise- été pris en compte dans le bilan de l’exercice passé.

Le club de la capitale, sans cet accord qui lui a garanti 100 millions d’euros de revenus supplémentaires (et qui devrait augmenter dès l'an prochain), aurait ainsi fait doubler les pertes globales de la Ligue 1. Au final, malgré une politique de recrutement dispendieuse, le PSG s’en sort avec un "petit" déficit de 5,5 millions d’euros.

Source: DNCG

Lille, le bon élève

La DNCG, elle, semble se trouver désarmée devant des pertes qui se creusent chaque année de manière plus conséquente.

Elle se contente de pointer du doigt la "mauvaise" anticipation des plus-values sur les transferts, même si elle reconnaît que ce "genre de recettes est aléatoire". Il est en effet difficile pour les clubs d’anticiper la blessure, ou même la méforme de tel ou tel joueur.

L’instance de contrôle appelle également les clubs à diminuer les salaires, largement responsables du mauvais état de leurs comptes.

De manière individuelle, le club de Lille fait figure de bon élève, avec près de 4 millions d’euros de bénéfice sur la saison passée. Au contraire de Lyon, et son déficit de 28 millions d’euros, qui figure en queue de peloton. L’OL , qui doit trouver des fonds pour financer son stade, n’est pas pour autant dans une situation catastrophique.

Les résultats net des 20 clubs de Ligue 1, sur l'exercice 2011-2012 (Source DNCG):

Yann Duvert