BFM Business

Le Monde: que va faire le trio Niel-Pigasse-Bergé?

Le quotidien du soir traverse une nouvelle crise

Le quotidien du soir traverse une nouvelle crise - -

Après la démission d'une partie de la rédaction en chef et les critiques des sociétés de rédacteurs, la direction du Monde a annoncé un report de la nouvelle formule du quotidien. Pour l'instant, les trois actionnaires gardent le silence.

Les journalistes du Monde se réunissent ce mercredi après-midi 7 mai pour décider de la suite de leur bras de fer avec la direction du journal.

Hier mardi, les sociétés des rédacteurs du quotidien et du Monde interactif (MIA) ont réclamé à la direction de "se ressaisir", faisant référence à la crise de confiance entre la direction et la rédaction. Un peu plus tard dans la journée, sept des onze rédacteurs en chef et rédacteurs en chef adjoints du journal démisionnaient de leurs fonctions (mais pas du journal).

Nathalie Nougayrède, la directrice de la rédaction (élue en mars 2013 par 80% de la rédaction), et Louis Dreyfus, le patron du quotidien, ont pris acte de cette décision tout en lâchant un peu de lest. Ils ont décidé le report à septembre d'une nouvelle formule du journal. Nathalie Nougayrède s'est également engagée à diriger de manière plus collective. Cela va-t-il suffir à calmer les tensions?

Vers des comptes à l'équilibre

En fait, la vraie question réside dans le soutien apporté à l'actuelle direction par le trio d'actionnaires, Xavier Niel, Mathieu Pigasse et Pierre Bergé. Des trois, Mathieu Pigasse apparaît d'ailleurs le plus impliqué dans la marche du journal.

Jusqu'à présent, les actionnaires soutiennent le patron du groupe, Louis Dreyfus, qui veut redresser les ventes (-4,6% en 2013) et les comptes à l'horizon 2015, en réorganisant la rédaction et en développant le numérique.

Une soixantaine de postes du papier doivent selon le plan de la direction être réorientée vers le web. Ce qui a provoqué la grogne d'une partie de la rédaction. L'an dernier, le quotidien a perdu 2,5 millions pour un chiffre d'affaires de 345 millions.

Pour l'instant, les actionnaires soutiennent ce plan et son auteur Louis Dreyfus. Mais la position de Nathalie Nougayrède paraît plus fragile.

P.C