BFM Business

Le Monde: dernière "médiation" avant la crise?

Les journalistes du Monde se donnent une semaine de "médiation".

Les journalistes du Monde se donnent une semaine de "médiation". - -

A l'issue d'une réunion de trois heures dans les locaux du quotidien, le 7 mai, les journalistes ont demandé une "médiation" et un changement de gouvernance en douceur pour éviter la crise.

Le conflit entre les journalistes du Monde et leur direction fait rage. Après les démissions de 7 rédacteurs en chef et leurs adjoints la veille, une réunion de trois heures s'est tenue dans les locaux du quotidien, ce mercredi 7 mai. A la sortie, les salariés du journal ont réclamé une semaine pour mener une "médiation" et obtenir un changement de gouvernance en douceur, en évitant une crise ouverte "à la Libé".

150 à 200 journalistes, très critiques à l'égard de la gestion de leur directrice Natalie Nougayrède et de son adjoint Vincent Giret, ont opté pour cette "dernière solution avant la crise", désireux d'éviter un scénario semblable à celui de Libération qui affaiblirait le quotidien.

Le fossé s'est creusé ces derniers mois entre la rédaction et Natalie Nougayrede. Le malaise s'est accru avec l'application d'un plan de mobilité prévoyant le redéploiement d'une cinquantaine de postes de journalistes du quotidien papier vers les éditions numériques.

Le conflit a éclaté mardi avec la démission de sept des rédacteurs en chef, en tête ceux des rédactions web. Les journalistes ont adressé un message de défiance à Natalie Nougayrède, en poste depuis un an.

Les ventes se redressent

Lors de la réunion mercredi, le camp des modérés l'a emporté, mais certains restaient sceptiques, citant des mois de discussions vaines et "une fatigue collective".

La rédaction souhaite la constitution d'une nouvelle équipe autour de Natalie Nougayrède qui dirigerait la rédaction au quotidien, mais s'éloignerait des fonctions opérationnelles.

"Soit on décide de rentrer dans une crise totale, soit on essaie cette dernière carte", a commenté un membre de la SRM. Une réunion avec les actionnaires est prévue mercredi prochain et pourrait déboucher sur des changements dans la direction du journal, selon une source proche du dossier.

"Cette crise survient alors que les ventes se sont redressées en mars, que les recettes publicitaires profitent du succès du magazine M et que les abonnements numériques augmentent fortement", a dit Louis Dreyfus, le président du directoire. La direction s'est engagée à maintenir les effectifs de la rédaction constants, a-t-il insisté.

Le quotidien a basculé dans le rouge en 2013, avec environ 2 millions d'euros de pertes. Sa diffusion papier a continué de s'effriter en début d'année, quoique beaucoup moins que celle d'autres journaux.

N.G. avec AFP