BFM Business

Le Bayern de Munich secoué par une affaire de fraude fiscale

Le Bayern Munich a construit son modèle économique autour de son stade, l'Alliance Arena.

Le Bayern Munich a construit son modèle économique autour de son stade, l'Alliance Arena. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

L'un des dirigeants emblématiques du Bayern de Munich sera jugé ce lundi 10 mars en Allemagne pour fraude fiscale présumée. Les faits qui lui sont reprochés choquent au sein du célèbre club.

Le procès de l'un des dirigeants emblématiques du Bayern Munich, Uli Hoeness, commence ce lundi 10 mars. Il est jugé pour fraude fiscale. On le soupçonne d'avoir dissimulé une partie de sa fortune sur des comptes non-déclarés en Suisse.

Ces faits présumés ont choqué au sein du club qui, lui-même, a bâti sa fortune sur un modèle économique réfléchi de long-terme. Une stratégie quasi-unique en Europe, et qui paye.

Au cœur de ce modèle, un stade: l'immense Allianz Arena, dont le Bayern est propriétaire. Capacité d'accueil: 70.000 personnes. La direction du club en a fait sa ressource-clé en maximisant ses revenus, ceux de la billetterie, grâce à la location de loges.

11 millions d'euros de ressources en 2012

Ceux des sponsors également, qui trouvent naturellement leur place dans l'enceinte. Allianz, le premier, y a associé son nom pour quinze ans. Au total, une quinzaine de sponsors procurent à eux-seuls 85 millions d'euros de revenus par an.

Ce stade procure en outre des revenus en dehors des jours de match, en accueillant concerts, séminaires d'entreprises ou soirées privées.

Grâce à cette gestion, le Bayern est l'un des seuls grands clubs européens à ne dépendre pas d'investisseurs extérieurs. L'un des seuls à pouvoir compter sur des revenus durables. Et l'un des rares à gagner de l'argent aujourd'hui. Ses recettes s'élevaient à 11 millions d'euros en 2012.

Guillaume Paul