BFM Business

Bientôt des stades recouverts de publicités géantes?

Le stade de Lille métropole va peut-être pouvoir être recouvert de publicités géantes.

Le stade de Lille métropole va peut-être pouvoir être recouvert de publicités géantes. - -

Un amendement au projet de loi ALUR de Cécile Duflot, adopté au Sénat, propose d'autoriser les publicités géantes dans les stades, une disposition jusque là réservée aux gares et aux aéroports. Une initiative à laquelle Martine Aubry n'est pas étrangère.

Article mis à jour le 4 décembre.

Le projet de loi Duflot sur l’urbanisme en cours d'examen au parlement recèle quelques détails croustillants. Relevé par Le canard enchaîné, un amendement du sénateur socialiste René Vandierendonck, adopté en première lecture, propose ainsi d’autoriser les publicités géantes sur les stades de plus de 30.000 places.

Réservée pour l’instant aux aéroports et aux gares, cette autorisation permet aux publicités de s’étaler sur une surface pouvant aller jusqu’à 30 m2. En dehors des cas cités, elles sont limitées à 12 m2.

Selon le sénateur en question, l’initiative proviendrait directement de Martine Aubry. Une requête dont l’ex-première secrétaire du PS et maire de Lille assure ne pas se souvenir, écrit l'hebdomadaire.

Soulager les finances locales

Heureuse coïncidence cependant : Lille Metropole, la collectivité dont elle est la présidente, a vu sortir de terre un stade flambant neuf en juillet 2012. Et son amortissement connaît quelques difficultés de parcours. La recherche d’un partenaire disposé à accoler son nom au stade, selon la méthode dite du "naming", s’est révélée infructueuse.

Et même si la maire de Lille a récemment annoncé l’apport de deux millions d’euros annuels par des partenaires privés, Crédit Mutuel, Carrefour et le promoteur immobilier Nacarat, le coût de l’enceinte s’élève toujours à 9,7 millions d’euros par an.

L’amendement du sénateur Vandierendonck, s’il est adopté lors de son passage à l’Assemblée le 14 janvier prochain, fera donc les affaires de Lille Metropole. Mais aussi de l’ensemble des cités accueillant l’Euro 2016, qui ont, pour la plupart, entrepris de coûteux travaux de rénovation de leurs stades.

L’Olympique lyonnais, en proie à des difficultés financières, et qui construit actuellement un stade de 58.000 places, pourrait y trouver également une bouffée d’oxygène.

Le titre de l'encadré ici

|||Cécile Duflot soutiendra la suppression de l'amendement

Suite à la parution de l'article, les services du ministère de l'Egalité des territoires et du Logement ont tenu à préciser que l'amendement en question avait été adopté au Sénat "contre l'avis de Cécile Duflot, tant sur le fond que sur la forme". Ils indiquent que la ministre "envisage de soutenir toute démarche" visant à supprimer cet amendement, lors de son passage devant l'Assemblée, en janvier prochain.

Y. D.