BFM Business

La bataille entre Canal Plus et BeIN Sport pourrait s'inviter au Parlement

Canal Plus aimerait modifier la loi sur la retransmission des évènements sportifs majeurs.

Canal Plus aimerait modifier la loi sur la retransmission des évènements sportifs majeurs. - -

La chaîne cryptée ferait du lobbying auprès de certains parlementaires, afin de modifier la loi sur la diffusion des évènements sportifs majeurs.

La ficelle semble un peu grosse, mais après tout, qui ne tente rien n’a rien. Selon les informations du site des Echos, mardi 12 mars, Canal Plus aurait sondé discrètement quelques parlementaires. Et ce afin qu’ils réfléchissent à une loi qui réserverait certaines grandes compétitions sportives à la TNT.

Tel est déjà le cas pour un certain nombre d'événements, mais l'idée serait d'élargir la liste des compétitions concernées. Un moyen pour la chaîne cryptée d'évincer son rival BeIN Sport de certains grands rendez-vous.

Même s'il ne s'agit pour l'instant que d’une piste de réflexion, l'idée est bien là. Car après avoir cassé sa tirelire pour garder les droits du championnat de football anglais, Canal Plus cherche à maintenir la pression sur son concurrent qatari.

La liste des évènements majeurs élargie?

Canal ferait ainsi du lobbying auprès de certains parlementaires pour qu'ils modifient les règles en vigueur en matière de retransmission sportive.

Aujourd'hui, les événements considérés comme d'importance majeure dans le pays doivent être visibles par le plus grand nombre, et donc diffusés en clair. C’est en tout cas ce qu’impose le décret du 22 décembre 2004.

C'est le cas par exemple de tous les matchs de l'Equipe de France de football, de la finale de la Ligue des Champions, des Jeux Olympiques, du Tour de France, etc.

Canal Plus voudrait désormais que cette liste inclue d'autres compétitions. Certains matchs cruciaux de Ligue 1 ou du Top 14, par exemple, sont évoqués.

Leur diffusion serait du coup interdite aux chaînes absentes de la TNT comme BeIn Sport…qui n’est pas prête d’y accéder, puisque la loi interdit à un groupe non-européen de posséder plus de 20% d’une chaîne de la TNT. La chaîne de Bertrand Méheut, elle, y est bien installée, via D8 et D17.

"Je doute de la réaction du marché professionnel"

Mais une telle hypothèse, clairement à l’avantage de Canal Plus, risque de se heurter à une levée de bouclier. Et pourrait également ne pas arranger ses finances.

C’est aussi l’avis de Jean-François Lamour, ancien ministre des Sports et député (UMP) de Paris : "Si tel était le cas, ce serait une option un peu bizarre", estime-t-il. "La qualité de l’offre repose sur la rareté. En faisant ça, Canal Plus s’affaiblirait elle-même. En outre, je ne vois pas comment on pourrait imposer cela au niveau national, puisque tout se joue maintenant au niveau européen. Je doute également de la réaction du marché professionnel, notamment de la Ligue professionnelle de football (LFP) et la Ligue de rugby (LNR)."

Du côté de Canal Plus, on se refuse à tout commentaire à propos d’une affaire qui, même loin d’aboutir, aura eu l’avantage de s’inviter dans la compétition avec BeIN Sport.

Isabelle Gollentz et Yann Duvert